Accueil Le baht est en hausse mais la Thaïlande risque d’être confrontée à la récession

Le baht est en hausse mais la Thaïlande risque d’être confrontée à la récession

par Redaction Thaïlande
14 minutes à lire
La Thaïlande fait partie des 25 pays ayant le moins de jours de congés payés

Malgré l’envolée du baht due à la baisse du dollar, la Thaïlande devrait être confrontée à une récession économique à la mi-2023, avec une baisse des revenus.

KKP Research, le service de recherche de la Kiatnakin Phatra Bank à Bangkok, prévoit que l’économie thaïlandaise entrera en récession au premier trimestre de 2023.

Le royaume ayant du mal à trouver des touristes étrangers et à générer le même niveau d’exportations qu’en 2022.

Voir aussi : Économie : le tourisme étranger seul espoir de la Thaïlande en 2023

Cette situation surviendra alors que l’inflation devrait rester élevée, à un niveau nettement supérieur au taux cible de 3 % de la Banque de Thaïlande, et que les taux d’intérêt des prêts augmentent.

Selon les prévisions économiques publiées cette semaine par un institut de recherche associé à une grande banque thaïlandaise, la Thaïlande sera confrontée à une récession économique au milieu de l’année 2023 et la croissance ne rebondira qu’au troisième trimestre de l’année pour s’établir à 2,8 %, soit un taux inférieur aux projections de croissance du PIB de cette année.

Cette nouvelle intervient alors qu’un certain nombre d’anciens ministres ont, ces derniers mois, exhorté le gouvernement à se préparer à des temps difficiles et que le Fonds monétaire international (FMI), en septembre, a exhorté toutes les banques centrales à soumettre les établissements de crédit à des tests de résistance en vue d’une éventuelle détérioration de la valeur des biens immobiliers.

Les exportations thaïlandaises ont chuté de 4,4 % en octobre, tandis qu’un chef de file du secteur du tourisme étranger à Phuket prévient que la célèbre station balnéaire thaïlandaise est en train de perdre du terrain auprès des visiteurs réguliers européens et scandinaves, qui dépensent beaucoup d’argent, au profit de Bali en Indonésie.

Voir : La concurrence est de plus en plus rude pour le tourisme en Thaïlande

Le pays ne devrait atteindre cette année qu’un peu plus de 25 % du volume de visiteurs observé en 2019 et un peu plus de 20 % des revenus générés par le tourisme étranger, malgré l’inflation et un décalage de trois ans.

Hausse du baht

Bahts dollars

Billets de 1 000 bahts et de 1 dollar

Le baht thaïlandais a atteint un sommet de six mois face au dollar jeudi après les commentaires du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, selon lesquels les hausses de taux d’intérêt pourraient être étouffées par les signes de relâchement de l’inflation aux États-Unis.

Voir : Cours du Baht thaïlandais THB

La nouvelle a fait grimper la Bourse américaine, tandis que l’on apprenait que le PIB américain du troisième trimestre de 2022 s’élevait à 2,9 %, ce qui est largement supérieur aux attentes.

Le mouvement sur le baht thaïlandais l’a vu s’échanger dans la fourchette de 34,8o à 35,10 bahts pour 1 dollar US franchissant pour la première fois la barrière des 35 bahts et inversant de manière significative le cours de l’appréciation rapide du dollar par rapport à la monnaie thaïlandaise de cette année qui l’a vu, fin octobre, s’échanger à 38,30 bahts pour un dollar.

Les perspectives de l’économie thaïlandaise se sont assombries

Ironiquement, la poussée du sentiment à l’égard du baht et de sa trajectoire survient alors que les perspectives économiques de la Thaïlande, au cours des dernières semaines, ont commencé à s’assombrir sensiblement, la croissance même pour cette année étant jumelée à des projections pour 2023.

Alors même que Mme Patricia Mongkhonvanit, du Bureau de gestion de la dette publique (PDMO), soulignait le maintien de la note BBB+ de la Thaïlande par l’agence de notation Fitch, on assiste à l’arrivée de toute une série de boulets liés aux problèmes économiques chroniques du pays.

Boulets tels que les inégalités économiques causées par un manque de développement économique profond et une dette élevée du secteur privé.

Les recettes fiscales de la Thaïlande pour le troisième trimestre de 2022 ont changé de cap et, au lieu d’être supérieures aux attentes, elles ont été inférieures de 5 % aux prévisions.

Alors que la dette publique du royaume ne représentait que 60,4 % du PIB à la fin de la période, la chute des recettes fiscales soulève des questions sur l’économie au sens large et aussi sur la capacité du gouvernement à s’engager dans de nouvelles mesures de relance économique dans l’année à venir.

Le dernier hourra des mesures de relance budgétaire

Il y aura un dernier hourra de stimulation de l’économie au cours des premiers mois de 2023, mais cela se produira alors que le ministre des Finances, Arkhom Termpittayapaisith, signale que le gouvernement devra, l’année prochaine, resserrer les cordons de la bourse.

L’initiative de relance elle-même est considérée comme un moyen de contrer les hausses prévues des tarifs d’électricité dans toute la Thaïlande, après une augmentation de 18 % au cours du dernier trimestre, passant de 4,4 bahts l’unité à plus de 5 bahts.

Une baisse des exportations en octobre de 4,4 % par rapport à l’année dernière a mis un terme brutal à 19 mois de croissance continue des exportations pour l’économie du pays.

Les exportations qui représentent pas moins de 64 % du PIB du royaume sont essentielles aux perspectives de croissance du PIB et presque tous les commentateurs s’accordent désormais à dire que cela sera remis en cause en 2023 alors même que le gouvernement prévoit une croissance modeste de 1,1 %.

Cette semaine, KKP Research, le service de recherche de la Kiatnakin Phatra Bank à Bangkok, a réduit le taux de croissance prévu pour le royaume en 2023 à seulement 2,8 %, soit moins que cette année, et a prédit que les exportations diminueraient de 1,1 %.

L’institut de recherche a également réduit le nombre de touristes étrangers prévus en 2023 à 19,2 millions, contrairement aux 28,3 millions prévus par les planificateurs économiques centraux de la Thaïlande au cours des dernières semaines.

Voir : Les arrivées de touristes en Thaïlande risquent de ralentir en 2023

Le chiffre final pour 2022 devrait être de 11 millions de visiteurs environ.

La Thaïlande va se retrouver en récession l’année prochaine

Exportation Cargo porte container

Cargos dans un port de Bangkok. Photo : Mohigan

La petite banque prévoit en effet que la Thaïlande sera en récession du premier au troisième trimestre de l’année 2023.

Cette prévision est fondée sur la réduction de la demande mondiale d’exportations, qu’il s’agisse de l’économie chinoise en difficulté ou de la demande aux États-Unis, en Europe, au Royaume-Uni et au Japon.

Les chiffres du PIB plus élevés que prévu aux États-Unis cette semaine peuvent être un signe que l’Amérique, le plus grand marché d’exportation de la Thaïlande, pourrait se comporter mieux que prévu dans l’année à venir, une petite lueur d’espoir.

L’une des principales évaluations faites par KKP Research est que la Thaïlande a bénéficié d’un programme mondial de stockage des stocks d’électronique en raison de la demande refoulée après la pandémie.

Maintenant que les niveaux de stocks sont élevés, la demande mondiale stagnante va se traduire par une baisse de la demande d’exportation des fabricants thaïlandais.

Des données de croissance économique élevées au troisième trimestre de 2022

L’histoire est similaire et peut-être même plus grave avec le tourisme étranger qui a contribué à la croissance du PIB de la Thaïlande au troisième trimestre de l’année, soit 4,5 %.

Un chiffre qui a surpris de nombreux analystes, car la principale composante de la croissance n’était pas le tourisme étranger, mais un pic de la consommation privée.

Au cours de cette période de trois mois, le nombre de touristes occidentaux, qui dépensent beaucoup, a diminué au prorata et le nombre de touristes étrangers en provenance de pays asiatiques tels que la Malaisie, l’Inde, le Myanmar, le Vietnam et le Laos constitue la majeure partie des chiffres.

Il s’agit d’un changement important pour le secteur, qui doit encore être déterminé comme étant permanent ou transitoire, étant donné les bouleversements causés aux liaisons aériennes internationales et à l’ensemble du secteur du voyage.

À court terme, cependant, les signes sont inquiétants pour la Thaïlande, certains signes indiquant que le sentiment à l’égard du royaume s’est détérioré, ainsi que les obstacles causés par la hausse des tarifs aériens et d’autres facteurs.

Selon le patron de l’industrie, les voyageurs asiatiques à faibles dépenses visitent la Thaïlande tandis que les habitués scandinaves passent de Phuket à Bali, en Indonésie.

Au cours de cette période, la Thaïlande a vu 3,6 millions d’arrivées de touristes étrangers, la majorité en provenance d’Asie qui ont dépensé 4,2 milliards d’euros ou 1 188,50 euros par tête chacun, bien en dessous de la dépense moyenne il y a trois ans en 2019.

Déjà à Phuket, l’association touristique de Phuket avertit le gouvernement et l’agence de promotion touristique que la Thaïlande perd du terrain en tant que destination de vacances pour les touristes européens et scandinaves qui dépensent plus.

M. Bhummikitti Ruktaengam, le président de l’association, a déclaré aux journalistes que Phuket a perdu de nombreux visiteurs réguliers au profit de Bali en Indonésie cette année.

Le leader de l’industrie du tourisme a demandé au gouvernement une politique de promotion du tourisme plus pratique et plus intégrée et a exprimé son inquiétude pour 2023 qui sera une année d’élection en Thaïlande.

Ce qui pourrait créer une incertitude et un malaise politique qui est un facteur dans la prise de décision des touristes étrangers, la réputation d’instabilité politique du pays rebutant les visiteurs étrangers qui dépensent beaucoup.

Thai Airways doit accorder plus d’attention à Phuket

La compagnie aérienne Thai Airways vise un retour à la gloire mondiale

Avion de la Thai Airways sur une plage de Phuket

Cependant, M. Bhummikitti a également demandé avec insistance à Thai Airways de proposer davantage de vols directs vers Phuket depuis les points d’origine d’Europe continentale et de Scandinavie afin de résoudre le problème clé de la connectivité et du coût des vols.

Il a déclaré que les pays qui se sont déjà rétablis pour atteindre des chiffres bien supérieurs aux niveaux d’avant la pandémie avaient tous des transporteurs aériens nationaux puissants qui les ont aidés dans ce processus.

Il a ajouté que Thai Airways n’offrait qu’un service très limité à Phuket, alors que d’autres compagnies aériennes internationales augmentaient leurs vols vers l’île de vacances.

L’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), a déjà reconnu les problèmes potentiels concernant les chiffres du tourisme pour 2023.

Selon le rapport, l’industrie sera confrontée à un défi après mars 2023, lorsque la haute saison du pays prendra fin, car l’ère de la demande de vacances refoulée des pays du monde entier après la pandémie aura également cessé.

L’inflation en 2023 restera à des niveaux gonflés

KKP Research a également prédit que l’inflation en 2023 resterait à des niveaux élevés, supérieurs aux 3 % officiellement prévus, et s’est dit préoccupé par l’évolution future des prix du pétrole dans un environnement géopolitique très instable.

Le cabinet d’études a toutefois prédit que la Thaïlande connaîtra un léger excédent de sa balance courante en 2023, ce qui constituera une inversion des trois quarts des déficits importants causés par un baht plus faible et des coûts pétroliers plus élevés en 2022.

Dans le même temps, le risque d’évolutions et de chocs extérieurs reste élevé, a-t-il souligné.

En bref, les moteurs économiques du royaume en 2022, notamment les dépenses de consommation privée, les exportations et le tourisme étranger, seront tous mis à mal dans un contexte d’inflation accrue, notamment en raison de la hausse des coûts de l’électricité prévue pour le début de 2023.

Le pays sera également confronté à une augmentation des taux d’intérêt des prêts, le Comité de politique monétaire de la Banque de Thaïlande ayant porté cette semaine le taux directeur à 1,25 %, soit une hausse de 25 points de base.

Voir : La Banque de Thaïlande relève son taux d’intérêt, le baht en hausse

KKP Research s’attend à ce que ce taux augmente en 2023 et atteigne 2,25 % au troisième trimestre de l’année.

Lutte contre l’augmentation des inégalités économiques.

Les principaux observateurs économiques ont noté qu’avec la baisse des recettes fiscales de l’État, l’augmentation des emprunts privés, la réduction des recettes d’exportation et le niveau élevé de la dette du secteur privé thaïlandais, combinés à la hausse des taux d’intérêt, la marge de manœuvre du gouvernement sera extrêmement limitée l’année prochaine.

Alors que le risque de nouveaux chocs géopolitiques, compte tenu de la guerre en Ukraine qui se poursuit et évolue, des troubles économiques et politiques en Chine et du malaise de l’économie mondiale, est élevé.

Jeudi, le ministre des finances Arkhom Termpittayapaisith a confirmé qu’il s’était entretenu avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international dans le cadre d’une initiative internationale du G20 visant à lutter contre l’aggravation des inégalités économiques dans le monde.

Il a déclaré que la réunion était axée sur la réparation des dommages causés par la pandémie de Covid-19 qui a frappé les pauvres et les personnes vulnérables particulièrement durement en Thaïlande.

Alerte du Fonds monétaire international (FMI)

En septembre, le Fonds monétaire international (FMI), dans une circulaire adressée à toutes les banques centrales du monde, les a exhortées à soumettre leurs réseaux bancaires à des tests de résistance afin de s’assurer que toutes les institutions disposent de réserves de capital suffisantes pour faire face à une détérioration des prix de l’immobilier.

La circulaire indique aux banques centrales que « pour garantir la résilience du secteur bancaire, il convient de procéder à des simulations de crise en cas de forte baisse des prix de l’immobilier commercial afin d’éclairer les décisions concernant l’adéquation des volants de fonds propres pour les expositions à l’immobilier commercial ».

L’année prochaine risque d’être difficile sur le plan économique.

D’anciens ministres, tant au niveau du gouvernement qu’au sein du cabinet du Premier ministre, ont prévenu qu’une tempête économique pourrait se préparer juste au moment où le royaume se rendra aux urnes.


Source : Thai Examiner

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.5 / 5. Décompte des votes : 66

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter ou vous inscrire à notre Newletter

Trouver : Hôtel - Vol - Transport - Assurance - Voyage organisé - Rencontre


Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Avatar photo
Emmanuel Macaron 2 décembre 2022 - 11 h 44 min

C’est un exposé de la situation euphorique pour l’économie thaïlandaise.
À force de mépriser tous les expatriés, on a ce qu’on mérite.
Les touristes apportent la cerise sur le gâteau.

Les étrangers qui font vivre les Thaïlandais toute l’année, ils sont partis et ne reviendront pas.

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.