Accueil Témoignage d’une touriste du Bac à sable de Phuket mise en quarantaine

Témoignage d’une touriste du Bac à sable de Phuket mise en quarantaine

par Redaction Thaïlande
11 minutes à lire
La Thaïlande met fin à la quarantaine pour les voyageurs non vaccinés

Une touriste allemande, arrivée le 6 juillet en Thaïlande dans le Bac à sable de Phuket et mise en quarantaine le lendemain, raconte sa mésaventure.

Pour Stefanie Korényi, revenir en Thaïlande cette semaine a été la réalisation d’un rêve attendu depuis des années et préparé depuis six mois.

Elle est arrivée à Phuket le mardi 6 juillet et, 24 heures plus tard, elle a été contrainte de quitter l’hôtel qu’elle avait réservé pour s’installer dans une quarantaine locale alternative (ALQ), car une personne sur le même vol a été testé positive au Covid-19.

Voir : Premier touriste étranger infecté par la Covid-19 depuis la réouverture de Phuket

Le grand départ pour une nouvelle vie

Stefanie Korényi

Stefanie Korényi à Phuket.

Avant de quitter son Allemagne natale, Stefanie a vendu presque tout ce qu’elle possédait pour commencer sa nouvelle aventure en Thaïlande.

« Je me suis préparée à ce jour pendant 6 longs mois et maintenant, il est là : Le 1er jour de ma NOUVELLE VIE », a-t-elle posté sur sa page Faceboook.

« Ma moto : vendue ! Mes meubles : vendus ! Mes vêtements : vendus ! Donnés ! Ou jetés !

Il reste 1 grand sac de voyage, 1 petit sac à dos et 1 casque.

C’est tout ce que je possède ! Je n’ai même pas de clés. Je suis officiellement une sans-domicile.

Une aventure dont j’ai rêvé toute ma vie.

Mais parfois les rêves doivent mûrir, surtout les rêves aussi grands.

La principale raison qui m’empêchait de quitter la maison pour de bon auparavant ?

En plus de tous mes biens, je laisse aussi derrière moi mes amis et ma famille.

Une décision qui n’a pas été facile à prendre.

C’est pourquoi je suis d’autant plus heureuse d’avoir pu revoir ces deux dernières semaines un grand nombre de ces personnes merveilleuses qui m’ont accompagné ces dernières années.

Merci d’avoir fait partie de ma vie », a-t-elle écrit.

L’expérience de Stefanie Korényi avec le Bac à sable de Phuket

Aujourd’hui, elle séjourne dans un « hôtel de quarantaine » à Phuket qu’elle n’a pas réservé, et paie 52 000 bahts (1 346 euros) pour ce privilège.

Voici, dans ses propres mots, son expérience dans le cadre du programme Bac à sable de Phuket :

L’idée…

Au cours des six derniers mois, je me suis préparée à quitter définitivement l’Allemagne.

D’abord, je veux faire ce qui m’a le plus manqué pendant la pandémie : Voyager !

Ensuite, je reprendrai également le travail.

Heureusement, je peux exercer mon métier de traductrice, rédactrice et auteure indépendante n’importe où, tant que je dispose d’internet.

Il était évident pour moi que le premier arrêt devait être la Thaïlande.

Depuis mon premier séjour ici il y a dix ans, j’aime ce pays et toute l’Asie du Sud-Est.

D’accord, il y a cette ennuyeuse quarantaine, mais *hey* et puis quoi encore ?

Si vous prévoyez d’être sur la route pendant une longue période, comme je le fais, 10 jours (à cette époque) ne sont rien !

Etant donné qu’il est assez difficile de dissoudre ma vie entière et de vendre tous mes biens, je suis heureuse de pouvoir cocher n’importe quelle case sur ma liste de choses à faire.

J’ai donc cherché très tôt un hôtel de luxe ASQ à Bangkok, réservé mes 10 nuits et coché la case.

Enfin, c’est ce que je pensais…

Ce à quoi je n’avais pas pensé, c’est à la vitesse à laquelle les règlements peuvent changer ici.

Tout d’abord, la période de quarantaine a été prolongée à 15 jours en raison de l’augmentation du nombre d’infections, puis les premières rumeurs de bac à sable sont apparues peu de temps après.

Voir : Le retour à la quarantaine de 14 jours en Thaïlande met le tourisme en difficulté

Au fur et à mesure que les rumeurs se sont amplifiées, j’ai compris : Je vais laisser tomber mon hôtel ASQ prépayé et non remboursable à Bangkok et réserver un hôtel SHA+ à Phuket.

Après tout, les 14 jours à Phuket ne me coûtent que quelques euros de plus que les 5 jours à Bangkok que j’aurais dû ajouter aux 10 jours déjà réservés.

À la toute dernière minute, j’obtiens mon certificat d’entrée (COE) et je prends l’avion de Francfort à Phuket via Dubaï.

Cela a mal tourné…

Les choses auraient pu être si belles !

Le vol avec Emirates de Francfort à Dubaï est extrêmement détendu.

Seul un tiers des sièges est occupé.

J’ai une rangée entière pour moi, où je peux m’étirer et profiter du vol.

La deuxième partie du voyage semble d’abord similaire… jusqu’à ce qu’une super famille m’encercle…

Devant moi, un couple avec un bébé, dans les deux rangées du milieu à côté et devant ma rangée 4 personnes chacune et à côté de moi un jeune homme, peut-être dans la vingtaine, qui m’est spontanément antipathique avec son masque pendant sous le nez.

J’envisage brièvement de demander à l’hôtesse de l’air un autre siège, mais l’avion est déjà bien rempli… J’aurais aimé le faire !

Une fois que je suis arrivé à Phuket, les choses continuent de se dérouler super bien.

Mes papiers sont vérifiés 3 fois, puis je récupère mes bagages, avant de passer le premier test PCR à la sortie.

L’ensemble de la procédure prend moins d’une heure.

Mon chauffeur attend déjà devant la porte pour me conduire à mon hôtel SHA+ à Rawai Beach.

En attendant le résultat du test, je dois rester dans la chambre.

Mais la chambre est belle, le balcon donne sur la piscine, le minibar est bien approvisionné et après le long voyage, je suis quand même fatigué.

Rawai Palm Beach Resort

Balcon de l’hôtel Rawai Palm Beach Resort avec vue sur la picsine.

Le lendemain matin, le résultat de mon test est prêt (environ 18 heures plus tard) : négatif.

Mes vacances peuvent commencer !

Avec mon scooter de location, je vais d’abord à la plage de Nai Harn et au point de vue du moulin à vent.

L’après-midi, je me détends à la piscine et je prends une délicieuse bière Chang avec deux Israéliens au bar de la piscine.

Je suis sur le point de me préparer pour le dîner, quand mon téléphone sonne…

Contact à haut risque

…à l’autre bout, la dame de la réception.

Je suis un contact à haut risque d’un passager qui a été testé positif sur le vol EK378 de Dubaï à Phuket, atterrissant le 6 juillet à 12h30.

Mon dîner est annulé, on me dit de me transférer dans un hôtel ALQ.

À mes propres frais, bien sûr !

Le problème est que la plupart des hôtels de Phuket ont cessé leurs opérations de quarantaine et sont passés au modèle du bac à sable.

Par conséquent, il y a très peu de choix.

En fait, je me serais attendu à ce que quelqu’un de l’autorité sanitaire, le CCSA, m’attende à la réception.

Mais rien de tel. J’étais pratiquement livré à moi-même.

L’instruction de me rendre dans un hôtel de quarantaine n’est parvenue qu’à mon hôtel.

Aucune aide de la part des autorités ! Nul. Zéro. Rien.

L’ambassade d’Allemagne et le consulat honoraire de Phuket restent également silencieux.

Heureusement, la réceptionniste était super gentille (merci au Rawai Palm Beach Resort !!!!) et a appelé tous les hôtels pendant 2 heures pour m’aider.

La seule option qui était un tant soit peu abordable était un hôtel à Patong.

Et par « de loin », je veux dire que j’ai d’abord dû transférer de l’argent de mon compte d’épargne à ma carte de crédit.

En deux heures, les 15 000 bahts prévus sont devenus 52 000 bahts pour deux semaines.

Je me demande vraiment ce qu’ils font des touristes qui ne peuvent pas payer 1000 euros de plus ?

Vont-ils en prison ? À l’hôpital ?

J’ai une heure pour faire mes bagages, puis le van de sécurité m’attend à la porte.

Le chauffeur masqué et son compagnon tout aussi enveloppé me conduisent à l’hôtel ALQ – avec une épaisse cloison entre nous.

Une fois sur place, je suis très bien accueilli.

Tout le monde était tellement désolé pour moi !

Mes bagages sont portés dans ma chambre, où le dîner m’attend déjà.

Dans une boîte en plastique. Froid.

C’est ce que je reçois tous les jours maintenant, matin, midi et soir.

De la nourriture tiède dans des boîtes en plastique, qui sont jetées dans un conteneur de « déchets infectieux ».

La chambre est… de classe moyenne.

Bien en dessous du standard de mon hôtel d’origine.

Au moins, j’ai un balcon.

Le personnel est très gentil et serviable, du moins la plupart du temps.

On m’a apporté un tapis de plage pour faire un peu d’exercice, un ventilateur parce que la climatisation était trop bruyante pour que je puisse dormir, et quelques boissons gazeuses du 7-Eleven.

Par contre, l’Internet est un désastre, mais on m’a promis une carte SIM avec Internet illimité.

J’espère qu’elle arrivera plus vite que le papier toilette…

Les jours 6 et 13, d’autres tests PCR seront effectués.

Espérons qu’ils seront également négatifs et que je n’aurai pas à échanger le confort minimal de ma chambre d’hôtel contre un hôpital.

Conclusion sur le Bac à sable de Phuket

Pour les voyageurs qui prévoient de rester plus de 3 semaines, le modèle du bac à sable reste une excellente alternative à la mise en quarantaine dans un hôtel ASQ/ALQ.

Les touristes qui ne veulent rester que 1, 2 ou 3 semaines doivent savoir que si les choses tournent mal, ils passeront leurs vacances dans la chambre d’hôtel plutôt qu’à la plage.

Les chances sont minces, mais, comme vous pouvez le constater, elles existent bel et bien.

Si cela se produit, les coûts sont rapidement multipliés par trois ou plus !

Ce que je ne comprends vraiment pas :

a) Pourquoi les autorités n’ont-elles apporté aucune aide ?

b) Pourquoi faut-il que les 14 jours soient complets ?

Quelle est la probabilité que je contamine quelqu’un, en tant que personne totalement vaccinée, même après le deuxième test Covid-19 négatif ?

Mise à jour 16 juillet : suite au succès de son témoignage dans les médias occidentaux, Stefanie Korényi à rédigé une liste de conseils pour améliorer le programme Bac à sable :

Une touriste du Bac à sable de Phuket mise en quarantaine propose des suggestions

Note de Toute la Thaïlande :

Normalement, l’assurance Covid-19 prend en charge les personnes testées positives et donc le coût de l’hôpital ou hôtel de quarantaine, mais dans le cas de Stéphanie, comme elle n’a pas été testé positive, l’assurance va-t-elle jouer ?

Comme elle le dit justement, que se passe-t-il pour les touristes qui se retrouvent dans la même situation et qui n’ont pas les moyens de payer 52 000 bahts (1 346 euros) voir plus ?

Les hôtels de quarantaine les moins chers se trouvent à Bangkok, les personnes qui n’ont pas les moyens de payer les coûteux hôtels de quarantaine de Phuket peuvent-elles être déplacée ou au moins obtenir une réduction ?

Si les responsables du tourisme n’agissent pas dans ce cas, si aucune assurance ne prend en charge ce genre de cas, cela va décourager de nombreuses personnes qui voudraient profiter du Bac à sable de Phuket.

Voir aussi :

2 nouveaux cas de Covid-19 dans le Bac à sable de Phuket et apparition du variant Delta sur l’île


Source : The Phuket News

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.4 / 5. Décompte des votes : 332

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter ou vous inscrire à notre Newletter

Trouver : Hôtel - Vol - Transport - Assurance - Voyage organisé - Rencontre


Vous pourriez aussi aimer

17 commentaires

Avatar photo
zap 11 juillet 2021 - 11 h 25 min

Ça coûte une fortune de voyager avec le Covid… Je suis à mon deuxième ASQ, je compatis.

Le programme va faire un flop, mais au moins, je sais que pour mon troisième aller/retour, je ne serais peut-être pas enfermé.

Réponse
Avatar photo
Maria 11 juillet 2021 - 13 h 40 min

Bravo à ce touriste qui a pris les choses du bon côté, et ce qu’elle a dit est vrai, il faut se poser des questions un touriste qui vient 2 ou 3 semaines et qui vit la même chose passera son séjour à quarantaine…

Je pense qu’il faut laisser passer cette période et rester chez soi en attendant que tout se passe ?

Réponse
Avatar photo
pier 11 juillet 2021 - 17 h 01 min

Faut être téméraire pour aller en TH actuellement, non pas par la crainte d’être contaminé,
MAIS des conditions imposées par les dirigeants.

Les assurances obligatoires servent à quoi ?

Payer d’avance et ne pas revoir l’argent des prestations non utilisées…

Bonne affaire pour les locaux
Sans compter que l’on peut douter des tests et de ceux qui les interprètent (et de ceux que cela arrange bien.)

Réponse
Avatar photo
Cris 11 juillet 2021 - 18 h 34 min

Je suis mort de rire…

Partir en Thaïlande avec des conditions aussi contraignantes relève déjà du chemin de croix sans parler du tri sélectif financier que cela impose entre les assurances gadget obligatoires et l’assignation à résidence dans des hôtels sélectionnés par l’état payable au prix fort.

L’histoire de cette jeune femme était tout à fait prévisible…

Il y aura encore d’autres histoires encore plus cocasses… Quand on connaît le fonctionnement local, il faut attendre la fluidité totale avant d’y remettre les pieds…

On est passé de l’éden au purgatoire tropical.

Réponse
Avatar photo
Stephane Ghesquiere 11 juillet 2021 - 18 h 34 min

Bonjour, merci pour cette info.

Moi j’ai réservé à phuket sandbox au mois d aout et pour 10 jours seulement.

Je voulais savoir si ce sont toutes les personnes de l’avion qui ont été cas contact donc mises en quarantaine ?

Ou seulement 1 groupe de touristes et si le 2e test pcr est négatif au 6e jour, est-ce que la touriste est repartie libre ?

Réponse
Toutelathailande logo 120x120
Redaction Thaïlande 12 juillet 2021 - 4 h 46 min

Salut Stéphane,

Ce sont tous les touristes sur le même vol et elle doit faire les 14 jours de quarantaine.

Réponse
Avatar photo
gemain 12 juillet 2021 - 8 h 58 min

Et comme le dit quelqu’un au-dessus « Sans compter que l’on peut douter des tests et de ceux qui les interprètent (et de ceux que cela arrange bien.) ».

Eh oui, ça doit bien arranger des gens.

En Thaïlande depuis longtemps, j’ai compris que tout s’explique par l’argent.

Ça doit y aller les commissions, surtout qu’à Phuket, tout le monde est en manque… d’argent.

(Voir aussi le cas de taxis qui facturent au prix parisien).

Pour les assurances, aucun thaï ne prendrait cela au sérieux. Ils sont moins naïf qu’il n’y parait.

Réponse
Avatar photo
vvdb.fr 12 juillet 2021 - 0 h 23 min

Le diable est dans le détail…

Être cas contact c’est effectivement ne pas être malade…

En France, on continue à faire les magasins quand on est cas contact ! Quand on est asymptomatique pareil.

Alors on n’a pas anticipé la quarantaine de 14 jours pour simplement être cas contact.

Pour Phuket, les locaux ont ils les mêmes traitements ?

J’ai lu par ailleurs que les « touristes » thaïlandais n’avaient pas à être vaccinés pour arriver sur l’île, ça fait bizarre de vouloir assurer une sécurité complète aux étrangers et être léger avec sa population…

70% des gens de Phuket ont reçu une dose de Sinopharm qui n’est pas efficace sur le variant Delta !

Phuket sera vide de touristes étrangers avant la fin du mois.

Les amis chinois viennent de jouer un sale tour aux Thaïlandais, il faudra qu’Anutin s’en souvienne…

Si prompt à vilipender les Européens.

Réponse
Avatar photo
gemain 12 juillet 2021 - 9 h 00 min

Pour Phuket, les locaux ont ils les mêmes traitements ? NON

C’est juste que les étrangers ont plus d’argent. Miam Miam…

Avec les thaïs, ça ne fonctionnerait pas.

Réponse
Avatar photo
Menget 12 juillet 2021 - 7 h 31 min

Il ne faut vraiment rien avoir dans la tête pour voyager actuellement.

Ces gens-là ne réfléchissent pas, de plus, cela leur coûte une fortune.

Je demeure dans le sud de la Thaïlande, mais je dois retourner en France pour régler certaines affaires, mais je ne prendrai jamais un risque inconsidéré pour cela.

J’attends donc que la situation se calme.

Réponse
Avatar photo
gemain 12 juillet 2021 - 9 h 04 min

Il y en a qui ont trop regardé les documentaires sur la Thaïlande ou le film « La plage ».

Ça va leur coûter un max.

Le risque est trop grand de venir ici.

Réponse
Avatar photo
Maxou 12 juillet 2021 - 8 h 56 min

Bon courage ! Et n’utilisez pas de papier en Asie ! Mais la douchette, beaucoup plus hygiénique et tellement plus agréable !

Réponse
Toutelathailande logo 120x120
Redaction Thaïlande 12 juillet 2021 - 9 h 09 min

Tout à fait Maxou,

Voir : Utiliser des WC sans papier toilette

Réponse
Avatar photo
vvdb.fr 12 juillet 2021 - 15 h 06 min

Ce matin, j’ai lu que le nombre de touristes positifs était de 6 pour 5 000 arrivée.

Ça fait un taux de prévalence dans cette population de 120 !!! C’est énorme pour des gens totalement vaccinés.
Sauf que les enfants non vaccinés sont autorisés à accompagner les parents.

Si sur votre vol, il y a des enfants, vous allez passer certainement 14 jours en quarantaine.

Le bac a sable, contrairement à ce qui est annoncé, accepte des personnes non vaccinées, c’est encore le diable dans les détails.

Bonne quarantaine à vous.

Réponse
Avatar photo
Arthur 14 juillet 2021 - 19 h 52 min

Je suis désolé, mais tout vendre et tout plaquer à l’heure actuelle pour en plus rejoindre la Thaïlande, c’est quand même manquer de bon sens !

Réponse
Avatar photo
Chris 27 septembre 2021 - 15 h 39 min

Bonjour. QUI contrôle ça ?

Et que se passe-t-il si on n’a pas les moyens de payer la quarantaine ?

Peut-on faire la quarantaine à la maison si on a un appartement à phuket ?

Réponse
Toutelathailande logo 120x120
Redaction Thaïlande 28 septembre 2021 - 5 h 45 min Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.