Accueil Un danois gagne un procès contre sa femme thaïlandaise pour ne pas avoir partagé ses biens

Un danois gagne un procès contre sa femme thaïlandaise pour ne pas avoir partagé ses biens

par Redaction Thaïlande
Un homme danois gagne un procès contre sa femme thaïlandaise

Le tribunal provincial de Buriram a négocié mercredi un accord entre un Danois et son ancienne compagne thaïlandaise qui lui avait refusé tout retour sur les quelque 5 millions de baht qu'il avait investis dans une maison qu'ils avaient construite ensemble et dans une voiture qu'ils avaient achetée en son nom.

Le tribunal a décidé que la Thaïlandaise devait transférer la voiture, une Honda CRV achetée pour 1,7 million de bahts, au Danois.


La femme avait d'abord affirmé que la voiture était un cadeau d'affection, tout comme la maison, et que comme tout était à son nom et qu'ils n'étaient pas mariés, il n'avait droit à aucun de ses biens.

Ce n'est pas ainsi que la juge l'a vu.

L'audience de mardi au tribunal a montré clairement que le couple avait contracté un mariage de droit commun et vivait ensemble en tant que mari et femme - mais pas depuis très longtemps.

Le danois avait transféré les fonds sur son compte bancaire par étapes correspondant aux étapes de paiement de la voiture et aux phases de construction de la maison.

La juge a également expliqué que puisque la maison avait été construite sur un terrain appartenant à la mère de la femme thaïlandaise, la seule alternative à un compromis serait de démolir la maison et de vendre les matériaux de construction utilisés, puis de vendre la voiture et de partager l'argent - puisque l'homme danois avait droit à 50 % des actifs communs de la relation.

Cela lui donnerait la moitié d'environ 900 000 bahts.

La juge n'a laissé planer aucun doute sur le fait que si la femme thaïlandaise décidait de ne pas accepter sa proposition, elle statuerait en faveur de l'homme danois.


Laisser la voiture à ce dernier et garder la maison était une meilleure alternative pour les deux, a-t-elle proposé.

Il a fallu à l'accusé - l'ancien partenaire - un temps étonnamment long pour décider si elle préférait continuer à se battre pour sa revendication, que tout cela était un cadeau, ou accepter le marché proposé.

Finalement, elle a déclaré en larmes que si le Danois ne revenait pas vivre avec elle, ce qu'elle avait espéré, alors il était normal qu'il ait la voiture.

La décision de justice - qui a été négociée avant de devenir une décision de justice - constitue une rupture significative avec la croyance populaire, tant chez les femmes thaïlandaises que chez les étrangers en Thaïlande, selon laquelle si le mariage n'a pas été correctement enregistré, la femme thaïlandaise peut se retirer en tant que propriétaire de tous les biens du couple enregistrés à son nom au cas où la relation se briserait.

La relation a débuté en décembre 2018, lorsque l'homme danois s'est rendu en Thaïlande pour la première fois après le décès de sa femme.

Il a rencontré la Thaïlandaise à Hua Hin, qu'il a visitée avec un autre Danois et sa femme thaïlandaise.

Elle y travaillait dans un bar et il l'aimait bien.

Après l'avoir vue tous les jours pendant quelques jours, il l'a ramenée du bar pour une semaine entière et ils sont allés ensemble à Kanchanaburi où son ami est allé jouer au golf.

Après cela, il est retourné au Danemark pour y revenir un mois et demi plus tard.

Cette fois, sa petite amie l'a emmené voir sa mère à Buriram et il y est resté trois mois entiers.


Entre le printemps 2019 et février 2020, date à laquelle la relation a pris fin, le Danois a transféré un total de 5,7 millions de bahts de son compte bancaire au sien, pensant qu'ils vivraient ensemble comme il a vu son ami le faire avec sa femme thaïlandaise.

La voiture a coûté 1,7 million de bahts.

La maison coûte environ 3 millions de bahts.

Pour l'empêcher de retourner travailler au bar, il lui envoyait 25 000 bahts par mois.

Et puis il y avait la dette de 200.000 baht de la mère de la femme thaïlandaise, qu'il a également accepté d'aider à payer.

Les relevés bancaires ne laissaient aucun doute sur la somme d'argent, mais l'avocat de la femme thaïlandaise a insisté, elle a été payée comme un cadeau d'affection ; même le tribunal a reçu des preuves du paiement des dépenses qui correspondaient à l'argent transféré.

La rupture s'est produite à la suite d'une pendaison de crémaillère somptueuse dont le Danois s'était interrogé sur la nécessité.

La fête a duré une journée, avec une scène avec de la musique en direct et des danseuses, et a réuni environ 250 à 300 invités.

Dans les jours qui ont suivi, il a été mis au pied du mur.

Il a alors remarqué que tous les matériaux de construction restants étaient transférés dans la maison de la mère de sa femme et qu'ils y étaient utilisés pour construire un mur.

Lorsqu'il a demandé qui avait payé pour cela, la fine glace s'est brisée.

On lui a dit qu'il pouvait simplement déménager parce que c'était la maison de sa femme.

Et il ne pouvait pas prendre la voiture, car c'était la sienne.

Au début, il a appelé son ami qui vivait à environ 50 km de là et lui a demandé s'il pouvait venir et rester avec eux quelques jours.

Ils l'ont aidé à régler les détails pratiques et l'ont conduit à la police provinciale pour qu'il dépose une plainte contre la Thaïlandaise.

La première affaire judiciaire, que l'avocat de son ami et de sa femme lui ont présentée, consistait à réclamer la voiture comme étant la sienne.

Lorsque l'avocat de la femme lui a refusé cette possibilité, l'avocat du Danois a retiré sa plainte et a entamé une nouvelle action en justice pour réclamer la séparation totale du domicile, en demandant 50 % des 5,7 millions de baht.

Les Baht que le Danois avait transféré au fil du temps, plus les intérêts depuis la rupture.

Gagner cette affaire pourrait établir un précédent important pour des cas similaires où le juge accepte que l'intention de l'étranger payeur était de vivre en tant que mari et femme avec la personne thaïlandaise et pouvait donc raisonnablement prétendre avoir été trompé en achetant les biens communs et les enregistrer au nom du ressortissant thaïlandais.

Voir aussi :

Il tombe amoureux d'une thaïlandaise et perd tout, une "banale" histoire d'amour en Thaïlande

Documentaire : Mon cauchemar, j'ai épousé une Thaïlandaise


Source : scandasia.com

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.5 / 5. Décompte des votes : 234

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter

Inscrivez-vous à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

7 commentaires

Filippo_B 28 juin 2020 - 15 h 05 min

Vraiment le schéma classique de la manière dont certaines femmes thaïlandaises alpaguent certains farangs.
Bravo à ce Monsieur qui a eu le courage de se présenter au tribunal et à la justice thaïlandaise qui n’a pas donné raison à cette mangeuse d’hommes.
Il est clair que cela crée un précédent. Tant mieux.

PS : les noms de monnaies sont considérés comme noms communs et prennent un s au pluriel.

Réponse
LeStaT 28 juin 2020 - 20 h 08 min

ไม่เป็นไร​ ได้เข้าใจ​
Merci​ pour​ la translation de cet article assez interressant. Le contenu est bon, une coquille n’est pas bien grave.
Peace.

Réponse
Redaction Thaïlande 29 juin 2020 - 3 h 38 min

Il y a quand même des choses à ajouter sur cette affaire.

J’ai vécu dans des villages de l’Issan et ils respectent beaucoup de tradition qui peuvent paraître étrange pour nous.

Quand une famille gagne quelque chose elle doit en faire profiter le village pour ne pas “perdre la face”.

Un jour, j’ai donné de l’argent bêtement à une amie en public, c’était l’argent que son petit ami m’avait viré sur mon compte, et ensuite elle avait organisé une partie.

J’ai compris après que c’était parce que je lui avais donné l’argent à la vue de tous qu’elle avait dû organiser cette fête.

J’avais un ami riziculteur qui vivait avec sa famille dans une petite maison, il n’était pas riche, mais quand son fils aîné est devenu moine, il a du dépenser 100 000 baht pour organiser une grande fête avec chanteurs, danseuses et musiciens auquel il a convié tout le village.

C’est pour eux une obligation, j’ai même des amis qui m’ont avoué qu’ils auraient aimé devenir moine mais qu’ils n’avaient pas l’argent et ne voulaient pas s’endetter en organisant de telles fêtes, qui ne sont bien sur pas obligatoires normalement, mais qui font partie de la tradition.

Bien sur, lors de ces fêtes, on donne une enveloppe aux invités pour leur permettre de faire un don, mais vu qu’il n’y a pas beaucoup de personnes riches, ces dons couvrent rarement toutes les dépenses.

Après, elle a utilisé une partie de l’argent pour la construction de la maison pour réparer la maison de sa mère, ce qui est malhonnête et qui prouve aussi qu’il y avait un manque de communication entre les deux.

Et ce n’est pas la première fois que j’entends parler d’une dette de famille de 200 000 bahts pile.

Il est possible que cela fasse partie d’une arnaque courante, j’ai rencontré 2 personnes qui m’ont raconté avoir payé la dette de la famille de leur copine de 200 000 baths et c’est étrange de voir encore le même montant.

Réponse
Sagace 29 juin 2020 - 14 h 53 min

Bonjour,
Il y a bien 10 ans que j’ai lu une description très détaillée de l’escroquerie thaïlandaise au mariage, méthodes usitées et chiffres à l’appui.
Cela commence généralement dans un bar … Ce n’est donc pas un hasard ni une coïncidence avec ce présent cas.
La Thaïlandaise doit tout d’abord “peser” la richesse du ”futur mari” (lire ”de la proie”), ce qui passe donc nécessairement par des endroits où l’alcool coule à flots.
Elle bénéficie également d’appuis invisibles pour l’impétrant. Il arrive également aux intéressés de rencontrer des Thaïlandais les incitant à se méfier de leur ”fiancée”. Que ce soit par honnêteté ou pour savoir si la cible était bien ferrée, l’histoire ne le disait pas.
Cela passe toujours par l’achat de biens matériels et des transferts d’argent ; la loi thaïlandaise étant ici protectrice pour ses sujets.
Dans le cas présent, le juge bien informé devrait savoir combien de fois certaines ”se marient”, mais l’article ne le rapporte pas.
Ce scénario n’est pas près de cesser, puisque les riches gogos sont comme les autres gens : ils se reproduisent …

Réponse
Romain 30 juin 2020 - 1 h 30 min

Ils s’en sort bien et c’était plutôt positif que la justice penche en la faveur du farang, pour une fois. M’enfin, il a le profil type du naïf qui pensait pouvoir “sortir” la petite Thailandaise de sa misère de bar et qu’en a peine quelques mois il transfère déjà des millions…. Marié depuis 12 ans, jamais eu à transférer quoi que ce soit, c’est ça le secret d’un mariage réussi 😉 (Bon ok, elle ne vient ni d’un bar ni de l’Issan…)

Réponse
Denis 7 juillet 2020 - 13 h 38 min

Ce serait possible d obtenir la référence de ce dossier ??

Réponse
dgoni 21 août 2021 - 21 h 46 min

Je ne crois pas non !

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.