Accueil Le cauchemar des tests Covid-19 positifs à l’arrivée en Thaïlande

Le cauchemar des tests Covid-19 positifs à l’arrivée en Thaïlande

par Redaction Thaïlande
La Thaïlande va passer le Covid-19 dans la même catégorie de maladie que la grippe

Voici des témoignages sur le cauchemar qui vous attend si vous êtes contrôlé positif au Covid-19 à votre arrivée en Thaïlande.

Si l’Autorité du Tourisme de Thaïlande a bien expliqué les différentes solutions pour se rendre en Thaïlande après la réouverture du pays le 1er novembre, peu d’informations ont été données sur les conséquences d’un test positif au Covid-19 à l’arrivée.

Heureusement, le célèbre blogueur Richard Barrow a recueilli et partagé deux témoignages :

Histoire 1 : le cauchemar d’une famille de quatre personnes

La première histoire est celle d’une famille venue en Thaïlande pour des vacances de 13 jours.

Kirovs, le père, a été testé positif et a été envoyé à l’hôpital pour dix jours.

La mère et les deux enfants, âgés de deux et quatre ans, étant des contacts proches, on leur a dit de rester dans l’hôtel de quarantaine.

Il pense qu’ils devront faire un autre test le troisième ou le quatrième jour et que si le test est négatif, ils pourront peut-être partir.

Mais ils devront partir sans lui, car il doit rester à l’hôpital pendant au moins dix jours.

Il n’a aucun symptôme et il espère vraiment que son assurance couvrira les frais.

Il pense que cela lui coûtera environ 350 000 bahts (9 230 euros), soit les frais d’hôpital et d’hôtel de quarantaine.

« Nous sommes arrivés à Bangkok tôt le matin du 7 novembre, nous avons fait nos tests RT-PCR à l’hôtel vers 10 heures et nous avons passé une journée dans notre chambre d’hôtel, très excités par nos aventures à venir.

Je cherchais des offres d’hôtel pour les deux prochains jours à Bangkok.

Comme je voulais avoir l’esprit tranquille, j’avais apporté dans mes bagages quelques kits de test ATK.

J’ai fait un test pour moi, et ma femme en a fait un, les deux étaient négatifs.

Nous avons donc dit à nos enfants que cette journée serait difficile, mais que les suivantes seraient formidables.

Nous nous sommes couchés tôt.

Vers 21 heures, un appel téléphonique m’a réveillé.

Au début, j’ai compris que tout allait bien, mais il s’est avéré que la réceptionniste de l’hôtel ne parlait que de ma femme et de mes enfants.

Elle a terminé sa phrase en disant que mes résultats avaient détecté le Covid et que nous devions nous rendre à l’hôpital dans des voitures différentes.

Ensuite, il y a eu beaucoup de questions de notre part et beaucoup de « je vais vous rappeler, il faut que je demande à la direction de l’hôtel ».

Pendant cette nuit, ils ont mis à jour ou modifié les informations toutes les heures environ.

C’était probablement une nouveauté pour eux, et ils ont transmis mes questions à l’hôpital.

Comme je me sentais en très bonne santé, j’avais aussi peur que le résultat soit un faux positif et que je sois infecté à l’hôpital.

Je ne comprenais pas – à quel hôpital allaient-ils m’emmener, combien cela allait coûter et que se passerait-il avec ma famille, quand seraient-ils autorisés à quitter la pièce ?

J’ai fait des tentatives désespérées pour demander un deuxième test le lendemain matin, mais ce n’était pas possible.

Cette nuit-là a été terrible, nous n’avons pas pu dormir, les enfants se sont réveillés à 1 heure du matin à cause du décalage horaire et nous avons réalisé que non seulement nos vacances étaient gâchées, mais que les jours suivants allaient être terribles pour nous tous et que cette expérience pourrait nous coûter beaucoup plus cher que les hôtels que je cherchais plus tôt ce jour-là.

Je voulais serrer ma femme et mes enfants dans mes bras pour m’excuser, mais j’avais peur de le faire, car testé positif au Covid-19.

Le lendemain matin, j’ai été transféré à l’hôpital – dans une ambulance, sirènes en marche.

La seule chose que je savais de cet hôpital, c’est qu’il avait 2,7 étoiles dans les commentaires Google, alors j’avais peur d’y aller.

L’infirmière était très gentille et amicale, c’était la seule personne parlant anglais que j’ai rencontrée ce matin-là.

Lorsque je suis entré dans l’hôpital, j’espérais que quelqu’un allait m’examiner et reconnaître que ma santé n’était pas menacée.

On m’a fait une prise de sang, on a laissé un cathéter dans mon bras, on a mesuré ma température et ma tension artérielle.

Plus tard dans la journée, une autre infirmière est venue et a fait une radiographie de ma poitrine.

Sinon, ils ont surtout parlé de mon assurance et des paiements possibles, et rempli divers formulaires hospitaliers en thaï.

Sur un téléphone, on m’a montré 300 000 bahts (7 912 euros) de frais médicaux.

Je leur ai dit que je devais y réfléchir et appeler ma compagnie d’assurance.

Plus tard, on m’a présenté une autre feuille de papier qui montre que je devais payer pour ma chambre et d’autres services quotidiens (écrit en thaï) 5 900 bahts/jour (155,63 euros).

Et enfin, un médecin m’a appelé, cette conversation était très difficile à suivre – car il ne parlait pas anglais, mais il parlait à quelqu’un d’autre (peut-être quelqu’un qui aidait à la traduction) pendant plusieurs minutes et ensuite toutes les 2 minutes, il me disait quelques phrases rapides en anglais.

J’ai surtout essayé de demander des éclaircissements et de reformuler mes questions, mais ce qu’il m’a dit, je crois, c’est que comme je suis en quarantaine, il ne va pas me voir en personne, mais que je dois prendre des pilules antivirales, car sinon mes poumons sont en danger.

Ces pilules, elles aussi, vont coûter entre 10 000 et 15 000 bahts (263 et 396 euros).

Pendant que j’écrivais ce résumé, une gentille femme parlant bien anglais est entrée, j’ai obtenu quelques éclaircissements sur la raison pour laquelle ils veulent que je prenne des pilules antivirales (parce que mon poids est supérieur à 90 kg, ce qui est classé dans la catégorie des risques en Thaïlande) mais j’ai finalement réussi à obtenir un autre test RT-PCR. Je leur ai dit que je serais heureux de payer pour cela.

Je ne sais pas si cela améliorera ma situation, mais je devais essayer.

Le personnel de l’hôpital est sympathique, mais le sentiment général est très déprimant, avec l’absence d’informations, l’étouffement par les factures et l’impossibilité de rencontrer la famille ou de sortir.

L’assurance est censée couvrir la plupart des frais, mais je ne peux pas en être sûre tant qu’elle n’est pas officiellement approuvée.

Je n’arrive pas à me défaire du sentiment d’avoir laissé tomber mes enfants en les entraînant dans cette aventure, en prenant un vol de 11 heures juste pour être enfermée dans une chambre d’hôtel.

Je savais que je prenais un risque en choisissant d’acheter des billets d’avion dès l’annonce de la réouverture de la Thaïlande.

Mais je me suis dit que nous allions jouer la sécurité et que les chances seraient très faibles.

Nous avons perdu ce pari.

Histoire 2 : testé négatif, mais contact proche

Cette deuxième histoire est celle de James.

Peu avant minuit, l’hôtel lui a envoyé un SMS pour lui donner les résultats de son test :

« Le test covid est négatif, mais vous ne pouvez pas partir d’ici, car le test covid de votre ami est positif.

Vous devez vous mettre en quarantaine ici pendant 14 jours. »

La raison qu’ils lui ont donnée est qu’ils sont arrivés à l’hôtel dans la même voiture.

Voici son histoire :

« J’ai quitté l’Angleterre le 6 novembre et je suis arrivé en Thaïlande à 12 h 40 le 7 novembre.

Le motif de mon voyage est d’être avec ma femme et j’ai voyagé avec un ami qui devait partir de son côté pour voir sa petite amie.

À notre arrivée à l’hôtel, nous avons tous deux été testés à 14 h 30 et envoyés dans nos chambres respectives.

À minuit, nous avons tous deux reçu un message.

Le sien disait qu’il avait été testé positif et serait transféré à l’hôpital, et le mien disait que le mien était négatif, mais que je devais rester en quarantaine pendant 14 jours.

Aucune autre information ne nous a été donnée, aucun message n’a été répondu et nous sommes restés à attendre.

À 19 heures, le 8, l’ambulance est enfin arrivée, et il a été transféré à l’hôpital où il se trouve toujours.

Il attend toujours que le médecin vienne le voir et moi, je reste assis dans ma chambre où l’hôtel ne veut même pas me fournir de sachets de thé après plus d’un jour de demande.

Je ne sais pas si je vais subir un autre test PCR ou si je dois rester pour les 14 jours.

Aucun de nous n’a de symptômes de Covid-19 et, à son arrivée à l’hôpital, la température de mon ami a été vérifiée et elle est normale.

C’est une situation étrange, car j’ai voyagé plusieurs fois en Thaïlande pendant la pandémie sans aucun problème.

Le pari d’aller en Thaïlande

Alors, à quel point est-ce un pari de venir en Thaïlande en ce moment ?

Si l’on en croit les statistiques, il faut être extrêmement malchanceux pour que le test soit positif.

Surtout si vous êtes entièrement vacciné et que vous venez dans le cadre du programme Test & Go.

Entre le 1er et le 8 novembre, sur les 15 763 personnes qui ont atterri à l’aéroport de Survanabhumi pour participer au programme Test & Go, seules onze personnes, soit 0,07 %, ont été testées positives.

Au niveau national, pour tous les aéroports et tous les programmes, y compris la quarantaine, 26 personnes sur 24 905 arrivées ont été testées positives, soit 0,10 %.

Bien entendu, ces chiffres ne tiennent pas compte du nombre de personnes qui sont considérées comme des contacts étroits à haut risque.

Il peut s’agir de personnes assises à côté d’une personne infectée sur le vol ou de personnes ayant partagé le même véhicule de transfert de l’hôtel.

Le thème commun de ces deux histoires est le manque de communication sur ce qui se passe et ce qui se passera ensuite.

L’Autorité du tourisme de Thaïlande fait la promotion de la Thaïlande comme une destination touristique merveilleuse et sûre.

Mais une fois que les gens arrivent ici et qu’ils sont confrontés à une situation comme celle-ci, ils sont essentiellement laissés à eux-mêmes.

Lorsque vous invitez quelqu’un dans votre pays, la bonne chose à faire est de lui demander s’il a besoin d’aide si les choses tournent mal.

Dans le cas de Kirovs, on lui a dit que sa famille n’aurait probablement besoin que d’une quarantaine de 3 ou 4 jours supplémentaires, puis d’un nouveau test.

Si le test est négatif, ils pourront partir.

Dans le cas de James, on lui a dit qu’il devait rester en quarantaine pendant 14 jours, ce dont je n’avais jamais entendu parler auparavant.

D’habitude, la quarantaine est de dix jours et, plus récemment, il est possible de refaire un test pour être libéré plus tôt.

Il a dit que son hôtel ne répond pas à ses questions à ce sujet.

Je sais qu’il y a peu de chances que cela vous arrive, mais j’y ai pensé lorsque j’ai pris l’avion pour la Thaïlande la semaine dernière.

J’ai dû attendre 28 heures avant de recevoir les résultats de mes tests.

Voir aussi :

Les expériences cauchemardesques avec le Pass Thaïlande

Témoignage d’une touriste du Bac à sable de Phuket mise en quarantaine


Source : Richard Barrow’s Letters from Thailand

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.5 / 5. Décompte des votes : 178

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter

Et vous inscrire à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

13 commentaires

Avatar photo
EchoGMT7 10 novembre 2021 - 14 h 33 min

Bonjour,
Il ne faut jamais prendre le risque d’avoir à se soumettre à l’arbitraire en Thaïlande.

Vingt-cinq années dans ce pays de belles promesses m’ont lourdement fait comprendre cela.

Alors, en période troublée comme l’est cet épisode de covid, si vous n’êtes pas prêts à tout affronter, que ce soit financièrement et/ou au niveau de terribles restrictions de vos libertés, je n’ai qu’un conseil : restez chez-vous ou allez voir ailleurs.

Franchement, c’est un conseil de quelqu’un qui se veut votre ami.

Le fameux sourire thaïlandais n’est trop souvent qu’un terrible et cynique aveu du genre « tant pis pour vous, il ne fallait pas venir ici ! »

Réponse
Avatar photo
jacqueline treille 10 novembre 2021 - 15 h 08 min

Votre article est incomplet, car pour la famille, vous ne spécifiez pas d’où elle vient.

Un article sur les voyageurs testés positifs et leur provenance serait plus approprié.

Réponse
Avatar photo
Suksan 10 novembre 2021 - 15 h 29 min

Autant de démarches pour passer des vacances dans une prison ouverte et finalement se retrouver dans une prison fermée à 10 000 euros les deux semaines, je ne comprends pas.

Réponse
Avatar photo
HANSSON 10 novembre 2021 - 15 h 46 min

Si je comprend bien à travers ces 2 aventures particulièrement tristes et dramatiques pour des touristes qui espéraient beaucoup de leur venue en Thailande (et il doit y en avoir plusieurs dizaines, si pas plus dans ces cas de figures avec « dommages collatéraux »), dès qu’il y a le moindre grain de sable dans l’engrenage d’une arrivée de touriste « type », dans les clous, c’est la panique à bord et la mise en pratique des mesures maximales qui étaient d’application avant le 1er juillet, à la mise en route du Bac à sable de Phuket.

Et on dirait que le personnel qui doit être affecté à ces touristes « malades » ne semble pas avoir été drillé et formé pour répondre à la situation et la gérer de manière optimale, le touriste ciblé, semblant être considéré comme un pestiféré atteint d’un mal mystérieux et incurable, tout comme les malades du choléra et de la peste au Moyen-Age…

Bref, si vous avez la malchance d’être testé positif à l’arrivée, alors que vous étiez négatif au départ (donc infecté dans l’avion en moins de 24h ???) et aussi tous les passagers de votre vol qui ont des inquiétudes à avoir, s’ils sont retrouvés par le pistage informatique) c’est la galère , la m… complète et le b… intégral !

D’ou l’intérêt pour les arrivants de contourner leur localisation dès qu’ils sont déclarés « bon pour le tourisme » et lâché dans la nature.

Je me pose d’ailleurs la question de l’inexistence des symptômes de la maladie pour les touristes testés positifs à l’arrivée…

En effet, étant donné qu’ils ont fait l’objet d’un test covid négatif dans les 48h précédant leur vol de départ + les heures de vols et d’escales, et que le test effectué à leur arrivée, moins de 72h après se révèle positif, il est clair que ce touriste positif n’a pas de symptômes, étant donné que ceux-ci apparaissent en général plus de 8 à 10 jours après l’infection, d’ou l’obligation d’une hospitalisation de 14 jours en observation symptomatique…

Par contre, je me pose la question du pourcentage minime de tests positifs qui serait en réalité le quota entrant dans le créneau erreur de testing, erreur de manipulation ou erreur informatique… mais avec des conséquences catastrophiques pour les arrivants tant au niveau tourisme qu’au niveau financier…

Si rien ne change à ce niveau là pour la saison d’été, je crois que je vais conseiller à ma famille de 7 à 8 personnes de postposer leurs vacances prévues en juillet 2022 et d’attendre 2023 pour revenir en Thailande pour des vacances libres de toute contrainte, d’assurance spéciale covid, de test et pistage informatique et électronique permanent et sans risque de voir leur budget vacances exploser pour plusieurs années.

Réponse
Avatar photo
pier 11 novembre 2021 - 15 h 08 min

Le pays du sourire en coin.
Le farang a toujours tort (même en famille mixte).

Réponse
Avatar photo
Hu hu 17 novembre 2021 - 18 h 48 min

Le Français moyen qui passe son temps à critiquer les autres pays sans balayer devant sa porte.

Réponse
Avatar photo
Nak Muay 18 novembre 2021 - 18 h 37 min

Pour avoir vécu des années en Thaïlande, ce genre de dysfonctionnement ne m’étonne absolument pas…

Le farang a toujours tord et les règles sont appliqués à la lettre jusqu’à l’absurde.

Un pays qu’il vaut mieux éviter en ce moment…

Réponse
Avatar photo
Jean Paul SAUTOIS 19 décembre 2021 - 17 h 08 min

Bonjour,

Merci pour vos infos et vos commentaires !
En cas de Covid positif, le rapatriement sanitaire est il envisageable (ou pas) avec les assurances voyages CB Visa Premier, si oui, dans quelles conditions et délais ?
Quel le taux de vaccination et le taux de personnes contaminées et guéries en Thaïlande actuellement ?
Quelle est l’incidence du variant Delta et de variant Omicron, lequel est prépondérant actuellement ?

Réponse
Avatar photo
Elistor 2 janvier 2022 - 4 h 36 min

Tous ces tests trouvés positifs sont très suspicieux. Prenez garde.
Vous êtes prévenus.

Réponse
Avatar photo
Marc 5 février 2022 - 6 h 03 min

En fait, je pense que tout est bon pour soutirer de l’argent à tout prix aux touristes !

En quoi quelques jours d’hôtel peuvent se chiffrer à quelques milliers d’euros ?

J’aime le peuple thaïlandais, mais pas ces voyous de fonctionnaires…

Réponse
Avatar photo
AMYS 6 février 2022 - 4 h 55 min

Exactement MARC !!!

Réponse
Avatar photo
AMYS 6 février 2022 - 4 h 54 min

VOYAGER EN CE MOMENT EN THAÏLANDE, C’EST TENTER LE DIABLE.
Je vous conseille l’Amérique de sud, la preuve du vaccin complet suffi et l’accueil est excellent.
Bien entendu, les Thaïlandais restent des gens accueillants, mais ils sont aussi victimes de cette administration tatillonne, paperassière bureaucratique à souhait.
Je n’y retournerai que lorsque le passeport seul avec preuve vaccinale suffiront.

Réponse
Avatar photo
Philippe 14 avril 2022 - 16 h 11 min

Pour ma part, ça fait 10 ans que je vais en Thaïlande, et-ce qu’il peut arriver à n’importe quelle personne, c’est d’être positif sans aucun symptôme soi-disant pour tenir compte que c’est eux qui vous disent et vous avez aucune manière de pouvoir contrôler si c’est vrai ou pas.

Faut faire confiance à la Thaïlande, alors oui, je crois qu’il faut être raisonnable, éviter la Thaïlande vous avez plein d’autres destinations avec lesquelle que vous aurez aucun problème, pourquoi tenter le diable avec la Thaïlande.

Bonnes vacances à tous

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.