Accueil La résurgence du sida en Thaïlande assombrit le sommet de l’ONU SIDA

La résurgence du sida en Thaïlande assombrit le sommet de l’ONU SIDA

par Redaction Thaïlande
3 minutes à lire
La résurgence du sida en Thaïlande assombrit le sommet de l'ONU SIDA

Lors de la Journée mondiale du sida, la Thaïlande a annoncé qu’il y avait une résurgence de la maladie, imputée à la prolifération des applications de rencontre.

Historiquement, la Thaïlande a l’un des meilleurs bilans de tous les pays de la région en matière de prise en charge des personnes vivant avec le sida.

La porte-parole adjointe du gouvernement, Traisuree Taisaranakule, a déclaré le jeudi 1er décembre, lors de la Journée mondiale du sida, que le gouvernement se donne désormais pour objectif d’éradiquer le sida en Thaïlande d’ici 2030.

En 2018, on comptait environ 480 000 personnes vivant avec le VIH en Thaïlande, dont 75 % avaient accès à un traitement.

Selon le Département du contrôle des maladies (DDC), il y a eu 6 500 nouvelles infections au VIH en Thaïlande l’année dernière, ce qui se traduit par environ 18 nouveaux cas par jour.

Le chef du DDC, Tares Krassanairawiwong, a déclaré que jusqu’à 97 % des nouveaux cas étaient dus à des rapports sexuels non protégés.

Le gouvernement fonde sa stratégie de lutte contre le sida sur trois principes : pas d’infections, pas de décès et pas de stéréotypes.

L’espoir est de ramener le nombre de nouvelles infections à environ 1 000 par an.

Selon une enquête réalisée en 2019, environ un quart des Thaïlandais ont encore une attitude négative envers les personnes vivant avec le VIH.

Le gouvernement veut éliminer toute stigmatisation du sida et des personnes séropositives en renouvelant un vieux message qui a été oublié, l’importance de l’utilisation de protections et du dépistage régulier du VIH.

Ce mois-ci, la Thaïlande accueillera le 51e sommet de l’ONU SIDA.

Le royaume accueillera la réunion à Chiang Rai avec le soutien des nations membres, des ONG et des sponsors.

La Thaïlande mettra en avant ses programmes de prévention et de traitement du VIH dans le cadre du système national de sécurité sanitaire, l’accès équitable à des traitements préventifs intégrés et inclusifs, ainsi que l’approche non discriminatoire et sans étiquetage pour les patients atteints du VIH.

En tant qu’hôte de cette année, le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, a souligné la nécessité d’informer les gens sur la nécessité de se protéger lors des rapports sexuels.


Source : The Thaiger

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.5 / 5. Décompte des votes : 25

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.