Accueil Il faudra 3 ans pour que le tourisme en Thaïlande revienne à la normale

Il faudra 3 ans pour que le tourisme en Thaïlande revienne à la normale

par Redaction Thaïlande
Des opérateurs touristiques contre le plan de réouverture de la Thaïlande

Le chef de l'autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) admet qu'il faudra peut-être attendre 3 ans avant que le tourisme thaïlandais ne revienne à la normale.

Suite aux nombreuses critiques selon lesquelles les autorités thaïlandaises du tourisme étaient trop optimistes, un certain réalisme et une acceptation de l'avenir commencent à s'installer.


Le gouverneur du tourisme thaïlandais, Yutthasak Suphasorn, qui a été interrogé par le journal The Bangkok Insight le jeudi 4 février, semble avoir enfin fait baisser la barre.

Il a cependant exprimé l'espoir que le "passeport vaccinal" pourrait aider à mettre fin à la mise en quarantaine des touristes.

Ses commentaires arrivent alors que les dirigeants de l'industrie ont demandé au gouvernement de sauver ce qui reste du secteur touristique en difficulté avant qu'il ne soit trop tard et qu'il n'y ait plus rien pour les touristes étrangers.

Il a déclaré qu'il faudrait attendre 2 à 3 ans avant que le secteur du tourisme thaïlandais ne revienne à la normale.

Il a dit qu'il s'attendait à ce que les étrangers recommencent à venir en milieu d'année "mais pas complètement".

Il pense que le mois de janvier a vu le pire de l’épidémie de Covid-19 et que les choses vont s’améliorer maintenant.

Il s'attend à ce que les Thaïlandais recommencent à voyager lors du nouvel an Thaïlandais, le Songkran (en avril), affirmant qu'ils étaient impatients de partir.


Il s'attend à ce que le gouvernement leur facilite la tâche.

L'année dernière, le festival avait été annulé par crainte d'une propagation du virus.

La forme qu'il prendra cette année reste à voir et dépendra largement du degré de maîtrise de l'épidémie.

M. Yutthasak a admis que les opérateurs touristiques étaient dans une situation difficile.

Il a souligné la nécessité de soutenir le personnel et d'utiliser les périodes d'inactivité pour ce qu'il a appelé la "montée en compétence" et la "requalification" des travailleurs.

Il a fait remarquer que l'économie du tourisme était un moteur important pour l'économie thaïlandaise au sens large.

Le gouverneur a fait des remarques positives sur certains aspects du retour des touristes étrangers.

Il a déclaré qu'il recevait de bons rapports des 29 bureaux de l'autorité du tourisme de Thaïlande du monde entier concernant les programmes de vaccination à l'étranger.

Il a cité l'exemple des Scandinaves qui, selon lui, sont nombreux à vouloir se frayer un chemin jusqu'en Thaïlande pendant la saison chaude.

De nombreux bureaux de la TAT, dit-il, ont indiqué que les touristes étrangers retourneraient en Thaïlande au cours du quatrième trimestre.


Auparavant, il se disait optimiste quant au troisième trimestre qui commence en juin.

Il a également noté que le plan de "passeport vaccinal" du ministre du tourisme Pipat Ratchakitprakan avait du mérite et avait été discuté au sein d'un petit comité du cabinet.

Si ce plan est adopté, les étrangers vaccinés n'auront pas à se mettre en quarantaine lorsqu'ils viendront en Thaïlande.

Voir : Des passeports vaccinaux pour visiter la Thaïlande sans quarantaine

Depuis la sortie du visa touristique spécial (STV), qui a été tourné en ridicule, la quarantaine a été considérée par tous, en dehors du ministère du tourisme et de la TAT, comme un obstacle majeur au tourisme étranger.

Voir : Les quarantaines tuent l'industrie touristique de Thaïlande

Le visa touristique spécial n'est même plus mentionné.

D'autres responsables du tourisme cités par les médias souhaitent également la mise en place du passeport vaccinal et ont déclaré que le soutien du gouvernement aux entreprises touristiques devait être rapide avant qu'elles ne fassent faillite.

Yutthasak a déclaré qu'ils devaient "serrer les dents".

La politique du gouvernement en matière de tourisme doit être claire, ont déclaré les dirigeants.

Et c'est là que se trouve le nœud du problème.

Les critiques ont noté les "voltes-faces" du gouvernement thaïlandais qui place ses espoirs dans une fausse solution après l'autre.

Ils ont déclaré qu'il y avait un manque de stratégie globale, les différents ministères, départements et individus se disputant les feux de la rampe avec un projet mal conçu après l'autre.

Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui pointent du doigt le déploiement des vaccinations en Thaïlande.

Le début des vaccinations de masse en Thaïlande doit commencer en juin et certains disent que c'est trop lent.

L'ensemble du processus d'achat des doses de vaccination, les entreprises impliquées et les éventuels intérêts particuliers, font tous l'objet d'une surveillance accrue, tant en Thaïlande qu'à l'étranger.

Les commentaires de hauts dirigeants comme le ministre de la santé Anutin Charnvirakul et le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, qui ont rejeté les critiques et fait preuve d'économie d'information, n'ont rien fait pour apaiser les inquiétudes.


Source : thebangkokinsight.com, thaivisa.com

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4 / 5. Décompte des votes : 72

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter

Inscrivez-vous à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

HANSSON 7 février 2021 - 10 h 55 min

Enfin , comme vous le dites en début d’article, on commence à avoir de la part des hommes politiques et responsables économiques de ce pays, une attitude responsable et surtout réfléchie… Il est regrettable de constater qu’il a fallu plus de 7 mois pour que l’ensemble de la nomenclatura et des décideurs en charge de la gestion de la crise Cov19 se rendent compte de l’inutilité de toutes les mesures prises depuis fin mai 2020 pour relancer une économie affectée dramatiquement pour plusieurs millions de personnes dans son ensemble et plus particulièrement dans le secteur du tourisme international.
Il ne fallait pas avoir fait BAC+6 et être bardé de dîplômes et de certificats d’excellence pour se rendre compte que les touristes ne reviendront que lorsque toutes les mesures restrictives, les conditions financières imposées, la quarantaine obligatoire de 2 semaines et autres limitations à la circulation des personnes dans le pays seront levées dans leur ensemble. Et pour cela, effectivement, comme certains responsables thailandais le reconnaissent maintenant et ouvrent enfin les yeux sur l’état général alarmant du pays, il est raisonnable d’espérer , à condition que le situation sanitaire mondiale revienne à une normalité acceptable d’ici là, que la Thailande ré-ouvre sans aucune restrictions ni conditions, ses frontières en octobre ….. Juillet serait un miracle, si on considère que l’approvisionnement en vaccins et l’organisation des phases successives de vaccination parmi l’ensemble de la population pataugent encore en perdant un temps précieux. Les autorités n’évoquent même plus la possibilité de fabriquer à court terme le vaccin Astra Zeneca dans le laboratoire choisi depuis de nombreuses semaines pour recevoir la technologie nécessaire à la fabrication du vaccin à coups de centaines de millions de baths d’aide du gouvernement. Ouvrir les frontières aux touristes en juillet serait possible si on commençait à vacciner au plus tard mi-mars… Je rappelle qu’il faut au minimum 6,6 personnes sur 10 vaccinées pour donner à une population une immunité globale, soit plus de 44 millions de Thailandais !!!. Avec les infrastructures existantes et le personnel qualifiés pour inoculer le vaccin dans tout le pays, cela reviendrait à piquer 411.215 personnes chaque jour à partir du 15 mars jusqu’au 30 juin; 7 jours sur 7 !!! Aucun pays n’est capable de tenir ce rythme de vaccination. Donc, ouverture des frontières aux touristes en Juillet, on oublie définitivement, car cela reviendrait à inverser le problème de la contamination venant de thailandais non vaccinés vers les touristes obligatoirement vaccinés pour entrer dans le pays et qui, malgré la vaccination, peuvent être contaminés !!!… En effet le vaccin n’empêche pas le virus d’infecter une personne et la durée d’immunité des différents vaccins n’est toujours pas certifiée de manière absolue, tout comme la quantité de protéines induites par le vaccin et fabriquées par notre corps pour combattre le virus en cas de contamination chez un sujet vacciné, étant donné que tout cela peut varier d’une personne à l’autre. On ne le saura qu’avec l’expérience et les statistiques des vaccinations de masse d’ici 6 mois à un an …

Réponse
Daniel 7 février 2021 - 13 h 58 min

Bonjour excusez-moi croyez-vous vraiment mais vraiment que la tyrannie vaccinale avec de nouveaux passeport vaccinal va résoudre tous nos problèmes…!?.
Mettez-vous bien en tête tous autant que vous êtes… ce passeport vaccinal sera la fin du tourisme international!.
Daniel thanks.

Réponse
HANSSON 8 février 2021 - 3 h 14 min

Commencer les vaccins en juin ? Il est probable que la Thailande veut absolument fabriquer intra-muros son vaccin sous licence Astra-Zeneca en se donnant le temps d’installer les infrastructures nécessaires à sa fabrication auprès du seul laboratoire qui a reçu l’approbation du gouvernement. C’est une perte de temps énorme, alors que la Thailande a refusé depuis de nombreuses semaines l’offre de l’Inde de la fournir en vaccins Astra Zeneca dès ce mois, ce qu’elle vient de faire pour l’Afghanistan (pays en guerre !) qui vient de recevoir ce dimanche 7 février 500.000 doses du laboratoire Astra Zeneca, produit par le Serum Institute of India, le plus grand fabricant de vaccins au monde. Cet institut produit à grande cadence des millions de doses du vaccin AstraZenaca pour l’Inde, de nombreux autres pays asiatiques et une grande partie des pays en voie de développement à moins de 5 euros la dose, (parfois même gratuitement ) en comparaison du vaccin Pfizer qui est facturé à plus de 15 euros ! J’en déduis que la Thailande aurait pu commencer à vacciner sa population dès maintenant, (comme la Birmanie qui a commencé cette semaine) par l’importation des vaccins fabriqués et proposés par l’Inde, au lieu d’attendre une fabrication sur le sol national…. En attendant, 2 autres vaccins (le chinois Sinovac, disponible lui aussi depuis fin janvier, et rejoint depuis peu par le vaccin de Johnson et Johnson), attendent toujours leur homologation de la part des autorités thailandaises. Mais cela concurrencerait évidemment de manière conséquente la production du vaccin sous licence d’Astra Zeneca par le laboratoire thailandais concerné.

Réponse
Jean 8 février 2021 - 8 h 12 min

Ce gouvernement ”nage” dans l’utopie
1/ le tourisme tel que l’avant COVID 19 ne reviendra jamais
2/ le touriste n’a pas la mémoire courte : l’ostracisme délibéré de ce gouvernement à l’encontre des ”farangs” pésera pour beaucoup dans la balance
3/ le fait que la Thailande soit une dictature militaire, agira comme répulsif pour grand nombre de touristes à l’instar de la Grèce en son temps
4/ le touriste n’oublira pas les prix prohibitifs de la quarantaine obligatoire,, considérée comme ”une pompe à fric” par les hotels

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.