Accueil Le mauvais timing de la Thaïlande sur la taxe de "bienvenue"

Le mauvais timing de la Thaïlande sur la taxe de "bienvenue"

par Redaction Thaïlande
Omicron pourrait freiner l'enthousiasme de la réouverture de la Thaïlande

Alors que les voyageurs se plaignent des formalités compliqués et des coûts élevés liés au Covid-19, la Thaïlande annonce une nouvelle taxe touristique.

La Thaïlande a annoncé qu'elle allait imposer une taxe supplémentaire de 500 bahts aux étrangers entrant dans le pays l'année prochaine.


Voir : La Thaïlande va mettre en place une taxe touristique l'année prochaine

Alors que les voyageurs en ont assez de l'augmentation des coûts associés à une visite en Thaïlande, le pays est sur le point d'ajouter un autre coût, et cela ne plaira pas aux voyageurs de loisirs désireux de limiter leurs frais de voyage dans le sillage du Covid-19.

La goutte qui fait déborder le vase ?

Ce n'est pas qu'ils ne peuvent pas se permettre de payer 500 bahts (12,73 euros) pour financer l'amélioration des infrastructures touristiques du pays, mais lorsque tous les autres coûts obligatoires sont pris en compte, cela envoie un message négatif.

Yuthasak Supasorn, gouverneur de l'Autorité du Tourisme de Thaïlande (TAT), a déclaré que la collecte des frais de 500 bahts par personne devrait commencer l'année prochaine, avec l'objectif de collecter 5 milliards de bahts au cours de la première année, en supposant 10 millions d'arrivées étrangères en 2022.

Alors que le pays se dirige vers moins de 300 000 touristes cette année, peut-on honnêtement croire que la Thaïlande atteindra 10 millions l'année prochaine, alors que le nombre de cas quotidien de Covid-19, bien qu'en forte baisse, est toujours élevé ?

Ce mardi 5 octobre, la Thaïlande a signalé 9 869 nouveaux cas de Covid-19, 11 152 guérisons et 92 décès supplémentaires.

La mise en place de la taxe risque d'être compliquée

Le Bangkok Post a annoncé la mauvaise nouvelle de la nouvelle taxe ce week-end, citant des fonctionnaires du ministère du Tourisme et des Sports qui affirment que la taxe de 500 bahts alimentera le "Fonds de transformation du tourisme" du pays.


Le ministère a fixé un objectif de 10 millions d'arrivées de touristes l'année prochaine, mais la réalité pourrait être bien en deçà de cette estimation.

C'est alors que l'arithmétique du coût de la collecte de la taxe entrera en jeu.

Sur les millions d'arrivées de touristes passant par des points de contrôle terrestres, aériens et maritimes, la taxe pourrait bien être confrontée à des problèmes de collecte et des facteurs définitivement négatifs à de nombreuses frontières terrestres.

Mais la taxe pourrait se limiter aux voyageurs aériens fortunés arrivant dans les aéroports internationaux plutôt qu'aux touristes terrestres, ce qui réduit à nouveau le potentiel de la campagne de collecte de fonds.

Le ras-le-bol de la double tarification

L'un des blogueurs anglophones les plus populaires du pays, Richard Barrow, a déclaré qu'il supposait que les 500 bahts seraient ajoutés aux frais que les voyageurs paient lorsqu'ils achètent un billet d'avion qui comprend déjà une taxe d'aéroport de 700 bahts.

Il a fait remarquer, à juste titre, que les visiteurs étrangers paient déjà un prix exorbitant lorsqu'ils se rendent dans les parcs nationaux et dans une foule d'autres attractions et services, notamment les hôpitaux qui appliquent une politique de double tarification.

Par exemple, les Thaïlandais paient 40 bahts pour entrer dans un parc national, tandis que les étrangers paient 400 bahts pour la même expérience.

Voir : Un groupe Facebook en Thaïlande dénonce la double tarification thaï/étrangers

En vertu de nouvelles règles promulguées en septembre 2019, les hôpitaux publics ont été chargés de facturer les patients sur quatre niveaux en fonction de leur statut juridique : les ressortissants thaïlandais, les citoyens des pays voisins et les étrangers travaillant avec un visa de non-immigrant.

Le quatrième groupe se compose de touristes, de retraités et d'étrangers mariés à des ressortissants thaïlandais.


Les frais sont beaucoup plus élevés pour le troisième groupe, qui comprend la plupart des expatriés, tandis que ceux du quatrième groupes paient beaucoup plus, souvent le double.

La reprise du tourisme en Thaïlande sera lente

La nouvelle taxe ou redevance touristique a franchi tous les obstacles bureaucratiques pour être approuvée.

Il ne reste plus au ministre du tourisme qu'à agiter le drapeau vert.

Mais l'industrie du voyage pense certainement que c'est un euphémisme de dire que le moment est mal choisi.

Nous parlons d'une reprise prolongée depuis le Covid-19 qui prendra peut-être jusqu'en 2026 pour récupérer le terrain perdu pour nous ramener aux totaux touristiques de 2018 ou 2019.

Lorsque ce jour arrivera, la perception d'une taxe de 500 bahts pourrait s'avérer judicieuse sur le plan financier pour les autorités.

Cependant, elles doivent reconnaître que cela n'aura jamais de sens pour les touristes.

Ceux-ci sont de plus en plus déçus par la Thaïlande en raison de l'augmentation du coût des vacances.

Si nous apprenons à vivre avec le Covid-19 dans les années à venir, nous verrons également le paysage touristique se modifier.

Les pays qui sont gagnants aujourd'hui pourraient devenir les perdants de demain, car les concurrents saisissent l'occasion de proposer de meilleures offres de vacances et une expérience où le tapis d'accueil est vraiment digne de ce nom.


Source : TTRW

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.4 / 5. Décompte des votes : 407

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉


Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir nos derniers articles sur votre courriel, suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter.


Vous pourriez aussi aimer

11 commentaires

William Meyer 5 octobre 2021 - 11 h 16 min

C’est du racket organisé. La Thaïlande est devenue le pays des taxes en tout genre pour les étrangers qui sont considérés comme des pigeons à griller.
À force de trop tirer sur la corde, ils vont dissuader tout le monde de venir ici.

Réponse
David 5 octobre 2021 - 12 h 20 min

Déjà, il y a un test pcr de moins à faire depuis le 1 octobre qui coûte beaucoup plus que 500 baths, donc les cours commencent a diminuer.
Les vrais surcoûts ne seront pas ces 500 baths, mais les tests pcr et l’assurance covid obligatoire, pour le moment quasi 200 euros.

Mais les billets d’avions ne sont pas cher ainsi que les hôtels donc au final les coûts totaux sont similaires à ce que c’était avant pour ce genre de vacances.

Réponse
HANSSON 5 octobre 2021 - 12 h 55 min

Les autorités thaïlandaises donnent l’impression de perdre les pédales et de ne plus savoir quoi faire, ni à quel bouddha se vouer pour trouver des solutions au déficit énorme engendré par la perte économique que constitue le tourisme international du pays, sans parler de toutes ses conséquences annexes, sociales et humaines qui se sont abattues sur la population.

Pour ne donner qu’un seul exemple, je citerais celui qui saute aux yeux de nous tous, étrangers vivant dans le pays parfois depuis plus de 10,15 ou 20 ans…

Prenez une jeune femme célibataire de 18/20 ans, jolie, abandonnée parfois par un jeune mari thaï, après l’avoir mis enceinte (et ne voulant pas assumer ses responsabilités de père à 20/22 ans), qui, pour donner à ses parents âgés et usés par une vie rude dans les rizières de sa province, décide de travailler dans une ville touristique, à la rencontre de “farangs”, touristes étrangers, financièrement aisés et de préférence libre et célibataire, promesse d’une vie commune sans soucis…

Les touristes ayant par la force de cette crise, déserté à 99 pour cent la Thaïlande, elle rentre chez ses parents à qui elle envoyait l’argent gagné grâce aux touristes étrangers généreux, pour vivre et s’occuper de son petit garçon, sa petite fille…

Bien souvent la seule rentrée d’argent pour tous les besoins de la famille entière…

La seule source de revenus n’existe plus du jour au lendemain et plonge, non pas une personne, mais toute une famille dans une précarité de mois en mois plus difficile à supporter, sans en voir le bout d’un début de solution…

C’est ainsi que 800 000 jeunes femmes subvenant aux dépenses et aux besoins de toute une famille, ont plongé 3 millions de personnes supplémentaires dans un état de pauvreté à la limite du supportable…

Alors, au lieu de penser à lever des taxes sur des arrivées de touristes qui ne viendront pas, que les responsables de ce pays commencent par aider les millions de concitoyens qui ont juste de quoi payer un sac de riz et quelques légumes pour manger, un tube néon pour s’éclairer, un bec de gaz posé sur un bloc de bois pour cuisiner et des matelas à même le sol pour dormir…

Pour toutes les personnes qui nous lisent hors de Thaïlande et qui pensent que j’exagère, je peux leur envoyer des photos prises fin 2020 et durant toute cette année un peu partout en Thaïlande par moi-même et quelques amis…

Quant aux responsables de la TAT et autres dirigeants, je leur dirais juste une chose : leur taxe de M…., ils peuvent se la mettre là où personne ne peut y aller à ma place !

Là, ça dépasse les bornes et la mousse déborde du verre !!!

Réponse
Siaud 6 octobre 2021 - 7 h 36 min

Bien parlé, tout est résumé, sauf qu’ils s’en mettent plein les poches et qu’ils peuvent manger et dormir sans soucis eux.

Réponse
pier 6 octobre 2021 - 14 h 01 min

Je ne peux que confirmer sir Hansson dans ses écrits.
La disparition des farangs plonge des millions d’individus dans la misère (qui d’ailleurs ne sont tjrs pas vaccinés dans leur campagne.)
Mais en Th (comme en FR) les dirigeants ne sont pas issus du bas peuple.
Et à qui profites toutes les taxes et contraintes nouvelles, sûrement pas au bas peuple.

Réponse
jean marc Adler 13 octobre 2021 - 14 h 19 min

Oh combien d’accord avec vous, très triste de voir combien beaucoup sont totalement abandonnés…

C’est vraiment honteux de fermer les yeux sur tant de désespoir !

Réponse
Pilou 5 octobre 2021 - 14 h 40 min

Et bien j’irais ailleurs, taxes par ci taxes par là, contraintes administratives, il y a un moment donné faut savoir dire stop.

Dans les pays voisins tout aussi beaux, il n’y a pas autant de contraintes et ce seront les principaux gagnants pour la réouverture.

Réponse
ArthurH 5 octobre 2021 - 15 h 30 min

La double tarification dans les zones touristiques ne me choque pas.

Par contre, la double tarification dans les hôpitaux et autres soins de santé comme les dentistes, surtout pour les personnes mal assurés ou pas du tout assuré est inadmissible, car la note finale peut-être énorme.

Et certains peuvent grossir la facture des étrangers pour en profiter.

Donc, comme ils font une nouvelle taxe pour les touristes, ils devraient en finir avec la double tarification dans les hôpitaux !

Réponse
Suksan 5 octobre 2021 - 16 h 45 min

La Thaïlande des vacances est morte, longtemps présomptueuse, devenue très chère, polluée et maintenant la misère et la colère à chaque coin de rue dû aux mesures politiques.
La concurrence devrait en profiter.

Réponse
Philippe Pierson 6 octobre 2021 - 0 h 22 min

Je la réglerai avec plaisir si cela peut aider la filière touristique.

Réponse
HANSSON 6 octobre 2021 - 8 h 03 min

À Arthur et Philippe…

J’aimerais bien rejoindre votre opinion sur la fin des doubles tarifications dans les hôpitaux et autres lieux touristiques et sur votre optimisme tendant à croire que cette taxe va vraiment profiter à améliorer la situation et servir notamment à offrir une couverture de soins de qualité “gratuits” aux touristes malades ou accidentés, à l’instar des assurances de type “mutuelle” chez nous…

Ce n’est pas dans la mentalité thaï de gérer ce genre de programmation médicale et sociale…

On le constate avec leur système de “pension de survie” qui octroie une somme dérisoire (entre 500 et 2.000 baths par mois, soit entre 12 et 50 euros) aux personnes âgées qui ne sont plus en âge de travailler…

Les seules personnes à bénéficier d’une pension légale et dont le montant permet juste de se nourrir et de se loger (en moyenne entre 5.000 et 8.000 baths par mois -130 à 215 euros), sont les personnes employées par l’Etat (Police, Armée, Enseignants, employés dans les Administrations, les Hôpitaux Centres de détentions …)

Évidemment, comme partout, les hauts gradés, les Hauts fonctionnaires et Cadres supérieurs bénéficient de pensions plus confortables..

Encore une fois, la Thaïlande détient une statistique de plus qui la conforte dans sa position de pays parmi ceux dont la différence de revenus entre les pauvres et les riches est une des plus importantes et des plus injustes au monde… (je parle ici d’un rapport de revenus entre personnes se situant entre revenus minimum, au-dessus du seuil de pauvreté et revenus de la haute bourgeoisie et non pas des “Big Boss multi millionnaires et milliardaires en baths” que compte le pays, et qui sont hors catégorie dans ce propos).

Je ne crois donc pas à un changement d’orientation dans la gestion de cette taxe qui devrait notamment permettre de gérer de manière “mutualiste” les soins des touristes victimes de problèmes de santé lors de leur séjour de vacances et donc de voir disparaître les montants faramineux facturés par les hôpitaux privés aux touristes étrangers.

La taxe de 20 baths par touriste prélevée depuis presque 10 ans maintenant à leur arrivée sur Koh Phi Phi n’a pas empêché la pollution et la destruction de 80 pour cent de la faune et la flore du Parc National marin de Phi Phi Ley (Maya Bay, la célèbre plage du film “The Beach”) qui a dû être fermée et interdite aux hordes de touristes (en grande majorité chinois) depuis 2018…

Je voudrais bien croire que je fais fausse route et que mon raisonnement sera contredit par les faits dans les années qui viennent…

J’en serais un des bénéficiaires étant donné mon âge… Malheureusement, j’en doute…

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.