Accueil Archives actualité en Thaïlande Photos d'un bizutage extrême dans une université thaïlandaise

Photos d'un bizutage extrême dans une université thaïlandaise

par Redaction Thaïlande
Bizutage en Thaïlande

L'association anti-sotus a publié sur sa page Facebook des photos choquantes d'étudiants humiliés lors d'un bizutage dans une université de Bangkok.

Les rites initiatiques, «rub nong» en thaïlandais, sont une pratique courante au moment de la rentrée dans les universités de Thaïlande, mais les images d'un bizutage de la fraternité Ram Langsuan de l'université de Ramkhamhaeng à Bangkok ont choqué les internautes.


Personnellement cela ne m'a pas choqué plus que cela.

Les photos du bizutage montrent des étudiants obligés de :

Se faire piétiner allongé dans la boue

Rite d'initiation en Thaïlande Il y en a qui payent pour cela, dans les SPA !

Se brosser les dents avec de la pâte de piment

Brossage de dent au piment Bizutage en ThaïlandeFacile pour un thaïlandais !

Embrasser quelqu’un du même sexe

rite d'initiation en Thaïlande Des étudiants obligés de s'embrasserÇa c'est dur, vite ramenez moi la brosse à dent avec la pâte de piment !

Se maintenir dans des positions inconfortables

Bizutage à BangkokPas plus dur qu'une séance de yoga.

Se faire trimbaler dans une poubelle

Bizutage, ballade en poubelle

Aucun problème, ils sont déjà crados.

Manger des trucs bizarres, très épicé

Bizutage, plat épicéIls ne précisent pas ce qu'il y a exactement là dedans, mais c'est pas très appétissant, par contre il y a l'air d'avoir une sacrée dose de poudre de piment !


Autres photos du bizutage

Bizutage ThaïlandeBizutage à BangkokEtudiants lors d'un bizutage en Thaïlande

Le président de la confrérie, Pathiparn Meepian a expliqué que les étudiants participent d’eux-mêmes aux activités, que c'était un jeu.

L’université a annoncé qu'elle allait mener une enquête sur ces rites suite aux nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, la phrase que l'on sort pour rassurer tout le monde et faire baisser la pression dans ce genre d'affaire...

Si en général ces initiations se passent dans une ambiance bon enfant, sans problème et laissent au final un bon souvenir aux participants, c'est vrai qu'il faut quand même garder un œil dessus pour empêcher les excès, car il y a parfois des accidents.

Photos : page Facebook de l'association Anti-sotus

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 3.1 / 5. Décompte des votes : 10

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉


Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir nos derniers articles sur votre courriel, suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter.


Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Pierreto 16 septembre 2016 - 7 h 28 min

Malheureusement il y a parfois des accidents, comme un révélé ici :

L’hospitalisation d’un étudiant relance la polémique sur les bizutages

Le père d’un étudiant hospitalisé suite à une épreuve de bizutage appelle le ministère de l’éducation à réglementer les rites d’initiations dans les universités.

Un étudiant de l’Université de Kasetsart, Chokechai Thongnuekhao, est hospitalisé depuis le 9 septembre dernier pour une infection pulmonaire suite à une épreuve de bizutage durant laquelle il a dû nager dans un réservoir d’eau.

Le père de ce jeune de 19 ans, Amporn Thongnuakhao, a demandé au ministère de l’Education de réglementer les rites d’initiations dans les universités. Lors d’une table ronde sur les bizutages, le père de famille a expliqué qu’il n’avait rien contre les rites d’initiations dans les universités mais qu’il serait préférable que ces activités soient constructives et ne fassent courir aucun risque pour les étudiants.

Un groupe de militants prônant une réforme de l’enseignement, Education for Liberation of Siam (ELS), condamne quant à lui les personnes impliquées dans ce scandale et exhorte les autorités à rendre justice à Chokechai dans un message publié sur Facebook.

ELS a déclaré que les épreuves violentes ou risquées lors des bizutages ne devraient pas être tolérées. Le collectif appelle également l’université à prendre ses responsabilités. Une semaine après les faits, Chokechai est toujours dans le coma et sous assistance respiratoire, on ignore encore si son cerveau a été affecté ou non, selon ThaiPBS

Source : http://www.lepetitjournal.com

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.