Accueil Insolite La vie surprenante des frères siamois originaux

La vie surprenante des frères siamois originaux

par Redaction Thaïlande
La vie surprenante des jumeaux siamois originaux

Chang et Eng Bunker sont nés au Siam (Thaïlande), ils sont célèbres pour être à l'origine de l'expression frères siamois, désignant les jumeaux reliés entre eux.

Pendant la majeure partie de son histoire, la Thaïlande était connu sous le nom de Siam.


Après les réformes de 1932, qui ont fait passer le pays d'une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle, le nom a été modifié en 1939 pour devenir la Thaïlande.

Lorsqu'il a été annoncé que les jumeaux conjoints Chang et Eng Bunker, plus connus sous le nom de "jumeaux siamois", prévoyaient de venir en France en 1831, les autorités françaises ont eu tellement peur de l'effet que ces hommes, alors âgés de 20 ans, auraient sur les femmes françaises qu'elles ont interdit leur entrée dans le pays.

Si le concept de jumeaux conjoints, deux personnes indépendantes réunies de manière permanente en une seule, est intrigant à plus d'un titre, peu d'aspects suscitent autant de curiosité que la manière dont ces deux personnes ont vécu leur vie romantique et sexuelle.

 

Selon le livre de l'auteur Joseph Andrew Orser, "The Lives of Chang & Eng", les Bunkers, nés au Siam en 1811 et reliés à la partie médiane de leur corps par une bande de peau charnue de plusieurs centimètres de long, ont été repérés à l'adolescence par un marchand britannique qui a d'abord pensé qu'ils étaient "un animal étrange".

Les vies de Chang et Eng

"Les vies de Chang et Eng :
Les jumeaux du Siam dans l'Amérique du XIXe siècle"
par Joseph Andrew Orser
(UNC Press)

Lorsqu'ils ont eu 18 ans, il a conclu un accord pour les amener en Amérique et les exposer comme curiosités publiques.

Un sujet d'étude pour les médecins

À leur arrivée, ils ont fait l'objet d'innombrables enquêtes médicales.

Un médecin, testant leur bande de jonction avec des aiguilles pour déterminer leur sensibilité, a constaté que "les deux garçons s'éloignaient des perforations au milieu de la bande, alors qu'à 1,25 cm ou plus du centre, seul le jumeau de ce côté ressentait la douleur".


Il a également constaté que "lorsque l'un d'entre eux ressentait un goût amer, l'autre en faisait autant" et que "si l'on chatouille l'un d'entre eux, l'autre demande que cela cesse".

Des questions sur leurs vies sentimentales

Mais au-delà de leurs similitudes connectives, le public s'interroge sur la vie sexuelle potentielle des garçons.

"La perspective que les jumeaux aient des relations sexuelles avec des femmes dérangeait les sensibilités", écrit Orser.

"On s'inquiétait de l'impact que pouvait avoir le fait que les jumeaux soient conjoints sur les femmes en âge de procréer."

Dans un exemple extrême, lorsqu'une femme du Kentucky a donné naissance à des jumeaux conjoints mort-nés, elle a affirmé avoir vu de nombreuses représentations des jumeaux dans des publicités de journaux à peu près au moment où elle a conçu ses enfants, ce qui a affecté son imagination.

Les frères siamois deviennent de "bon" américains

Les frères ont acquis la célébrité en tant que monstres, et ont vu des opportunités en tant qu'Américains.

Après une dizaine d'années sur le circuit des cirques, ayant économisé un peu d'argent, ils se sont retirés, ont acheté des terres en Caroline du Nord et ont entrepris de se créer une vie de gentlemen du Sud.

Ils achetèrent des propriétés, devinrent citoyens américains et prirent même des esclaves, ce qui est ironique si l'on considère que tout au long de leurs premières vies ici, beaucoup se demandaient si, malgré leurs fermes dénégations, ils n'étaient pas eux-mêmes des esclaves.

Le mariage avec deux soeurs

En 1843, Chang et Eng épousent respectivement les sœurs Adelaide et Sarah Yates, filles d'un propriétaire terrien local respecté.

Bien que les filles aient eu "une bonne part de prétendants", les frères avaient appris à les connaître pendant plusieurs années, leur rendant souvent visite à leur retour de voyages d'affaires, et se liant d'amitié avec toute la famille.


Lorsque les couples ont fait connaître leur intention de se marier en montant ensemble dans un wagon ouvert, un rapport de l'époque cite comment "l'enfer s'est déchaîné".

Quelques hommes ont brisé les fenêtres de la ferme du père des filles et certains voisins ont menacé de brûler ses récoltes s'il ne promettait pas de contrôler ses filles.

Les médias locaux ont réagi aux unions par des railleries.

Le Carolina Watchman, dans un article intitulé "Mariage extraordinaire", a souhaité que le mariage soit "aussi heureux qu'il sera proche".

Un autre journal se demandait si les femmes devaient être inculpées pour avoir "épousé un quadrupède".

Les journaux du Nord étaient consternés, car les journaux abolitionnistes plaçaient "la responsabilité de l'union sur le dos d'un Sud contaminé par le péché de l'esclavage".

Un journal a même qualifié le mariage de "bestial" et a qualifié les habitants tolérants de la région de "communauté dont la lascivité est inférieure à celle des Sodomites".

De leur côté, les deux couples, et il s'agissait incontestablement de deux couples distincts, se sont installés dans des maisons séparées, les frères alternant des demi-semaines dans chacune d'elles, ne cherchant guère plus qu'une vie normale.

Les siamois de Bunker avec leurs épouses, qui étaient des sœurs

Les siamois Bunker avec leurs épouses, qui étaient des sœurs

Mais de nombreuses personnes dans le public et dans les médias, ayant à peine réussi à tolérer l'existence des frères, trouvent que le concept de relations intimes entre eux et des femmes "normales" va trop loin.

Chaque épouse a donné naissance à un enfant en 1844.

Bien qu'aucun détail n'ait survécu sur la façon dont les couples ont mené leur intimité, il est intéressant de noter que les premiers enfants des frères sont nés à six jours d'intervalle, et les deux suivants à huit jours. (Ils auront par la suite 21 enfants à eux deux).

Le retour aux exhibitions

Lorsque les jumeaux, à court d'argent, ont repris la tournée des exhibitions, cette fois avec deux de leurs enfants, beaucoup ont refusé d'accepter cette famille non conventionnelle.

Alors qu'ils parcouraient l'Angleterre, certains membres de la presse britannique "doutaient de l'existence même de la 'famille'", écrit Orser.

"Pour certains, il était trop 'dégoûtant' d'imaginer ces 'monstres humains' comme maris ou pères".

La triste fin des jumeaux

En 1870, Chang a subi une attaque qui a paralysé son côté droit, le côté le plus proche de son frère.

Eng le soigna jusqu'à ce qu'il retrouve une santé relative, tandis que Chang attachait sa jambe droite en écharpe et, à l'aide d'une béquille et du bras de son frère, vaquait à ses occupations quotidiennes.

Mais il n'a jamais retrouvé sa pleine santé et s'est mis à boire.

Une toux persistante devint plus tard vicieuse, et il mourut.

Son frère, se plaignant de se sentir mal, a demandé à son fils de prendre des nouvelles de son frère.

Lorsqu'on lui dit que Chang était décédé, Eng a répondu : "Alors je m'en vais."

Au cours de l'heure suivante, il "a souffert d'une douleur et d'une détresse intenses, une sueur froide couvrant son corps".

La seule attention qu'il a portée à son jumeau mort a été de déplacer son corps plus près de lui.

Deux heures et demie après avoir perdu son frère, Eng Bunker est mort le 17 janvier 1874.


Source : New York Post

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.4 / 5. Décompte des votes : 18

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉


Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir nos derniers articles sur votre courriel, suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter.


Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.