Accueil Divers L'affaire du diamant bleu : Le vol de bijoux qui est devenu un cauchemar diplomatique

L'affaire du diamant bleu : Le vol de bijoux qui est devenu un cauchemar diplomatique

par Redaction Thaïlande
L'affaire du diamant bleu : Le cambriolage de bijoux qui est devenu un cauchemar diplomatique

L'affaire du diamant bleu a commencé par un simple vol de bijoux, mais a entraîné une série de meurtres et la fin des relations diplomatiques entre la Thaïlande et l'Arabie Saoudite.

Affaire du diamant bleu : le vol

À l'époque, ça devait sembler être le plan parfait.


C'était un jardinier thaïlandais sans prétention qui travaillait pour un riche prince saoudien, qui avait plus que sa part de beaux bijoux.

Kriangkrai Techamong avait l'accès, l'audace et une stratégie de sortie.

Le prince Faisal bin Fahd ne remarquerait certainement pas la disparition de quelques pièces - et par "quelques pièces", Kriangkrai avait l'œil sur environ 20 millions de dollars de bijoux.

L'affaire Blue Diamond, comme on l'a surnommée, est aujourd'hui une affaire de légende, un casse trop fou même pour le grand écran et qui établirait une nouvelle norme en matière de stratagèmes pour "devenir riche rapidement".

Kriangkrai a d'abord réussi, même si son plan prévoyait de fuir dans son pays d'origine, de sorte que ce n'est pas comme s'il s'attendait à échapper complètement aux soupçons.

Mais une fois de retour en Thaïlande, les choses ont commencé à mal tourner.

Depuis plus de deux décennies, les retombées de l'affaire font rage.


Au lendemain du vol, la distribution des personnages s'est élargie pour inclure des responsables thaïlandais, des enquêteurs saoudiens assassinés et un fossé diplomatique majeur entre les deux pays.

En fin de compte, pratiquement aucun des joueurs n'a été confronté à de graves conséquences et une grande partie du butin original - y compris un rare diamant bleu de 50 carats qui serait encore plus gros que le tristement célèbre Hope Diamon - est toujours manquant.

Tout a commencé en 1989 sur le terrain d'un palais à Riyad.

Kriangkrai n'a certainement pas été le premier employé à rêver d'une aubaine au travail, ni le premier à rêver de corriger la grande disparité économique entre employeur et employé.

Mais il est le seul à avoir transformé ces visions en réalité - ou du moins à avoir essayé de le faire - de façon aussi spectaculaire.

Un soir, sous le couvert de l'obscurité, le jardinier a mis son plan à exécution.

Il a escaladé le mur extérieur du palais, s'est introduit par une fenêtre du deuxième étage et a volé 90 kilos de bijoux du coffre-fort familial.

Bien que les détails exacts du vol n'aient jamais été révélés, certains récits affirment qu'il s'est enfui avec son butin en remplissant le sac d'un aspirateur et en le faisant rouler dehors.

(Il n'aurait pas eu l'air tout à fait déplacé s'il avait été repéré ; Kriangkrai faisait parfois office de concierge dans le palais.)

Il avait amassé un butin qui comprenait non seulement le célèbre Blue Diamond, mais aussi un collier de saphir de 2 millions de dollars, un collier rare de diamants verts, de multiples montres en or et, selon le Washington Post, "des rubis de la taille d'œufs de poule".


Il a réussi à faire sortir clandestinement ce butin du palais, et n'a pas perdu de temps pour l'éloigner du lieu du crime.

Il a réexpédié le butin en Thaïlande par DHL et l'a suivi sur son chemin peu de temps après.

L'arrestation de Kriangkrai Techamong

Il n'a pas fallu longtemps pour que le vol soit découvert, et quand il l'a été, le coupable a été démasqué rapidement.

Les Saoudiens ont contacté les autorités thaïlandaises qui ont arrêté Kriangkrai.

Mais il n'avait plus les bijoux.

Arrivé chez lui, Kriangkrai avait vendu son butin - pour beaucoup moins que ce qu'il valait - à un bijoutier nommé Santhi Sithanakan.

En échange d'une réduction de peine, il a rapidement renoncé au nom de son dealer.

Kriangkrai Techamong voleur de diamant

Kriangkrai Techamong, le jardinier

Dans la plupart des cas de braquage réussis, c'est là que l'histoire se termine.

Les auteurs sont arrêtés, les biens volés sont récupérés et la vie reprend son cours normal.

Mais c'est l'affaire du diamant bleu, où rien ne suit son plan.

L'affaire du diamant bleu : l'escroquerie des autorités

Les autorités thaïlandaises ont retrouvé le trésor disparu des Saoudiens et l'ont rendu à son propriétaire légitime.

Mais lorsque les bijoux furent de retour dans le palais, les Saoudiens commencèrent à les examiner et se rendirent compte qu'il y avait quelque chose d'anormal.

Ils ont déterminé que jusqu'à 80 % des "objets de valeur" étaient des faux, remplacés par de mauvaises répliques.

Il faut savoir que Thaïlande est le pays expert sur le travail des bijoux, ils ont des techniques pour transformer des pierres et leurs donner plus de valeur.

La plupart des pierres précieuses d'Afrique font un séjour en Thaïlande avant d'être mises sur le marché.

Tandis que les Saoudiens découvraient que leurs précieux bijoux n'avaient plus aucune valeur, les épouses de hauts responsables thaïlandais ont commencé à apparaître lors d'événements organisés dans tout le pays avec de nouveaux accessoires scintillants qui ressemblaient étrangement aux bijoux du Prince Faisal's.

C'était une insulte trop flagrante pour que les Saoudiens l'ignorent. Ils ont décidé d'envoyer un groupe d'émissaires en Thaïlande pour essayer d'aller au fond des choses.

Le 1er février 1990, trois des diplomates saoudiens nouvellement arrivés ont été assassinés à Bangkok dans des circonstances suspectes.

Plus tard dans le mois, le quatrième représentant, un homme d'affaires saoudien, a disparu et est présumé avoir subi le même sort.

Comme la plupart des rebondissements de l'affaire Blue Diamond, la vérité sur ces assassinats n'a jamais été découverte.

Les Saoudiens affirment que les policiers thaïlandais impliqués dans le vol sont responsables de ces décès.

Il n'est pas clair si c'était vraiment le cas - un câble classifié envoyé par les États-Unis en 2010 suggérait que les meurtres avaient peut-être été commis par le Hezbollah - mais cela ne signifie pas que les autorités thaïlandaises étaient innocentes.

"En 1994, le bijoutier Santhi, qui était un témoin clé dans l'affaire puisqu'il pouvait nommer les acheteurs, a été enlevé pendant trois jours.

La même année, sa femme et son fils ont été retrouvés morts dans une voiture."

"La police d'ici est plus importante que le gouvernement lui-même ", a déclaré Mohammed Said Khoja, un diplomate saoudien de haut rang en Thaïlande, au New York Times en 1994.

"Je suis musulman, et je reste parce que j'ai l'impression de combattre les démons."

Alors que la saga faisait rage, les liens diplomatiques entre les deux nations se sont détériorés.

Les travailleurs thaïlandais en Arabie Saoudite ont perdu leur permis de travail et ont été renvoyés dans leur pays d'origine.

L'Arabie Saoudite a dégradé ses relations diplomatiques avec ce pays.

Et jusqu'en 2010, des milliers de musulmans thaïlandais étaient coincés dans les limbes en attendant de recevoir des visas de voyage pour faire leur pèlerinage à La Mecque.

Les Saoudiens, semble-t-il, tenaient les permis en otage sous prétexte de "raisons techniques".

C'est le point dans un film à succès où la justice commencerait à être rendue, des solutions seraient proposées, un rare diamant bleu de 50 carats serait découvert, et tout commencerait à être redressé.

Mais dans la vraie vie, les vols de diamants sont un peu plus désordonnés.

Cinq officiers ont finalement été inculpés, mais, au grand dam des Saoudiens, l'affaire a été classée en 2015 pour insuffisance de preuves.

Le diamant bleu manque toujours à l'appel, tandis que ses pierres sœurs sont allées chercher des millions de dollars aux enchères.

En 2016, CNN a rapporté qu'il y avait une sorte d'"obsession" du diamant bleu dans le monde des enchères.

Le mois de novembre précédent, une version de 12,03 carats nommée "Blue Moon" s'était vendue pour 48,4 millions de dollars.

Peut-être que le seul joueur de la saga qui a trouvé la paix, c'est l'homme qui est à l'origine de tout cela.

Le voleur du diamant bleu est devenu moine bouddhiste

En 2016, la presse thaïlandaise a révélé que Kriangkrai avait décidé de devenir moine.

Sa peine pour son crime était relativement légère ; l'ancien jardinier n'a purgé que trois ans de sa peine d'emprisonnement.

Mais cela ne veut pas dire qu'il n'a pas été puni d'une autre manière, comme l'est la nature légendaire des diamants mal acquis et de leurs malédictions.

Kriangkrai a déclaré aux médias locaux que sa vie a été hanté par le vol qui a déclenché une "avalanche" de souffrance sur sa famille.

"Je suis sûr que tous mes malheurs sont le résultat d'une malédiction du diamant saoudien (bleu) que j'ai volé, alors j'ai décidé de devenir moine pour le reste de ma vie pour racheter mon mauvais karma," a-t-il dit

Comme l'article l'indique, il se peut qu'il n'ait pas entièrement lavé son âme de cette affaire.

Lorsqu'il devint moine bouddhiste, Kriangkrai reçut un nouveau nom.

Il est maintenant connu sous le nom de "Celui qui a la connaissance du diamant".

Bouddhisme Theravada en Thaïlande

Moine bouddhiste en Thaïlande

L'Arabie Saoudite n'a pas envoyé d'ambassadeur en Thaïlande depuis des décennies et restreint les déplacements entre les deux pays en raison des vols et des meurtres non résolus.

Mise à jour au 26 janvier 2022 :

Reprise des relations entre la Thaïlande et l'Arabie Saoudite : une "percée" après 30 ans de relations tendues

Voir aussi :

L’incroyable histoire du Bouddha d’Or du Wat Traimit à Bangkok

Sous peine de mort, ne touchez pas à la reine Sunandha !


Source : Daily Beast, The Nation

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.5 / 5. Décompte des votes : 17

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉


Suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter.


Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.