Accueil Comment le cannabis peut stimuler le tourisme en Thaïlande

Comment le cannabis peut stimuler le tourisme en Thaïlande

par Redaction Thaïlande
Vente cannabis

D’un point de vue économique, le cannabis peut contribuer à stimuler le tourisme, les recettes fiscales, et favoriser la création d’emplois en Thaïlande.

Le royaume est le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser le cannabis, en le retirant de la liste des stupéfiants de catégorie 5 après sa publication dans la Gazette royale le 9 juin.

Voir : Le cannabis n’est plus une drogue illicite en Thaïlande mais il est interdit de fumer dans les lieux publics

Face à la tendance croissante de la consommation de cannabis, les opérateurs touristiques cherchent des moyens de tirer profit de la dépénalisation de la plante, notamment en la promouvant pour un usage médical.

Le gouverneur de l’autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), Yuthasak Supasorn, a déclaré que son agence n’avait pas l’intention de promouvoir le tourisme du cannabis pour le moment, car la légalisation a eu lieu vers la fin de l’année fiscale, qui est le 30 septembre.

La TAT attend des éclaircissements supplémentaires de la part du ministère de la Santé publique en termes de politique et de communication pour faire comprendre aux gens les facteurs sanitaires et médicaux.

La prudence s’impose

Restaurant plat cannabis

Un restaurant présente des plats à base de feuilles de cannabis en Thaïlande. Photo : Pornprom Satrabhaya

Bien qu’il ait été dépénalisé en Thaïlande, le cannabis reste illégal dans la plupart des pays asiatiques, avec des sanctions allant d’amendes, d’expulsions et d’interdictions de voyager à des peines de prison à vie, voire à la peine de mort.

Voir : Un touriste brésilien a été arrêté à Bali avec du cannabis provenant de Thaïlande

Sisdivachr Cheewarattanaporn, président de l’Association des agents de voyage thaïlandais, a déclaré que les touristes doivent prendre en compte les risques liés à la consommation d’aliments et de boissons contenant du cannabis si cette plante est considérée comme un stupéfiant dans leur pays d’origine.

La nouvelle virale de la vente de cannabis sans licence sur Khao San Road a également suscité des inquiétudes en matière de santé et de sécurité chez les touristes, ce qui pourrait donner une mauvaise image du tourisme thaïlandais.

Fin juin, plusieurs ambassades thaïlandaises, dont celles de Chine, de Corée du Sud, de Singapour et du Japon, ont averti les personnes voyageant depuis la Thaïlande de ne pas apporter de cannabis ou de produits à base de cannabis dans leur pays.

M. Sisdivachr a déclaré que les touristes chinois s’exposent à des sanctions sévères s’ils sont sélectionnés pour des tests de dépistage de drogues et que du cannabis ou du chanvre est détecté.

Voir : La légalisation du cannabis en Thaïlande inquiète les autorités du monde entier

Il a ajouté que l’on craint que des politiques de voyage strictes soient adoptées dans les pays asiatiques pour empêcher les gens de consommer du cannabis au cas où la Thaïlande lancerait à l’avenir un zonage pour la consommation récréative de cannabis dans les zones touristiques.

« Les pays ayant des lois strictes pourraient même interdire temporairement les voyages en Thaïlande ou révoquer les licences des voyagistes qui font venir des touristes pour des activités liées au cannabis », a déclaré M. Sisdivachr.

Voir : La légalisation du cannabis en Thaïlande peut-elle nuire au tourisme ?

« Le gouvernement devrait introduire des directives complètes sur l’utilisation du cannabis pour créer la confiance que la Thaïlande peut contrôler efficacement les touristes du cannabis si de nouvelles zones sont créées », a-t-il dit.

« Le gouvernement doit examiner attentivement les avantages et les inconvénients ainsi que les réactions des autres pays sur cette question avant d’imposer davantage de réglementations liées au cannabis afin de bénéficier réellement au tourisme et à l’économie « , a déclaré M. Sisdivachr.

Saisir l’opportunité

Cannabis

« Il est nécessaire de clarifier les directives en matière de communication, en suivant l’exemple des États américains qui ont légalisé cette plante et ont mis en place des règles claires », a déclaré Bill Barnett, directeur général de C9 Hotelworks, une société de conseil en hôtellerie basée sur l’île de Phuket.

D’un point de vue économique, le cannabis est considéré comme un excellent moteur pour le tourisme, les recettes fiscales et la création d’emplois, a-t-il ajouté.

« La Thaïlande a été un innovateur de premier plan, sur la base du succès du Bac à sable de Phuket.

Le cannabis a la possibilité d’égaliser les chances avec les pays occidentaux qui autorisent sa consommation », a déclaré M. Barnett.

Rappel : le programme Bac à sable permettait aux touristes de voyager dans certaines zones de Thaïlande sans avoir à se mettre en quarantaine.

Il a ajouté que la Thaïlande peut même construire sa marque sur le cannabis, en devenant un modèle pour les pays asiatiques qui modernisent leurs politiques sur la base de directives claires.

« Le zonage du cannabis récréatif est considéré comme illogique en raison du prix élevé du contrôle de l’utilisation et des zones, mais imiter le programme Bac à sable de Phuket en introduisant les zones comme un modèle pilote avant de les étendre à d’autres destinations peut aider à résoudre les goulots d’étranglement », a déclaré M. Barnett.

Il a déclaré que le cannabis récréatif doit être autorisé dans tout le pays, en se concentrant sur l’aide à l’industrie du tourisme et au gouvernement par la mise en œuvre de dispensaires légaux et d’une politique fiscale pour des revenus supplémentaires pour les caisses de l’État.

Chantana Limsuwan, présidente de l’Association de l’hôtellerie et du tourisme de l’île de Koh Phangan, a déclaré que la légalisation du cannabis doit être assortie de directives concrètes pour garantir la sécurité de chaque partie, comme on l’a vu dans les coffee shops d’Amsterdam.

Selon elle, chaque magasin doit obtenir une licence du gouvernement ou d’une agence d’État connexe pour pouvoir proposer des services standardisés, dont des zones désignées pour l’usage récréatif.

Outre les magasins, les administrations locales et les opérateurs devraient avoir une discussion commune sur le projet d’autoriser le cannabis récréatif pendant la Full Moon Party de Koh Phangan, a déclaré Mme Chantana.

Selon elle, la géographie de l’île permet de contrôler facilement l’entrée et Koh Phangan pourrait servir de modèle de Bac à sable.

Des règles pratiques telles que les restrictions d’âge et un personnel bien formé sont essentielles en cas d’urgence, a déclaré Mme Chantana.

Le trio Koh Samui, Koh Phangan et Koh Tao est réputé pour une variété de cannabis sous le nom de KD Koh Tao, nommé d’après Ko Dam, un guérisseur local et expert en cannabis.

L’industrie du tourisme peut utiliser cette reconnaissance et ces histoires pour améliorer les arrivées dans la région, a-t-elle déclaré.

Viser plus haut

Cannabis CDB

Photo : CBD-Infos-com

Après que le gouvernement a autorisé la culture du cannabis, une surabondance s’est rapidement créée, a déclaré Ong-ard Panyachatiraksa, conseiller de Pethlanna Organic Community Enterprise à Lampang.

La demande n’a pas pu suivre le rythme de l’offre, ce qui a affecté les exploitations légales qui se sont enregistrées et ont investi avant la légalisation, a-t-il ajouté.

L’entreprise communautaire s’efforce de développer des produits à valeur ajoutée tels que des assaisonnements, des soupes en poudre et du thé, mais le moyen le plus efficace de soutenir la croissance de l’industrie du cannabis est de s’étendre aux activités récréatives, a déclaré M. Ong-ard.

Le modèle du cannabis récréatif, qui utilise le tourisme pour générer davantage de revenus pour les agriculteurs, contribuera à soutenir l’approvisionnement en cannabis des entreprises communautaires et des fermes dans tout le pays, a-t-il ajouté.

Des discussions sont en cours avec d’autres opérateurs pour développer la vente de cannabis récréatif dans des magasins situés dans les principales destinations touristiques telles que Pattaya, Phuket, Krabi, Koh Samui et Hua Hin, a déclaré M. Ong-ard.

Le modèle pilote pour les magasins de cannabis récréatif a standardisé les opérations pour créer un écosystème sûr et garantir que les non-fumeurs ne seront pas affectés par la fumée secondaire.

Il a ajouté que les magasins doivent être équipés d’un système de suivi pour collecter les données des passeports et des cartes d’identité, tout en limitant la quantité de cannabis par client.

« Le pays doit faire preuve de clairvoyance dans ce domaine, car tous les regards sont tournés vers la Thaïlande après la légalisation », a déclaré M. Ong-ard.

« Les opérateurs doivent commencer à développer un modèle pour promouvoir l’usage récréatif du cannabis et prouver qu’ils sont prêts à accueillir les touristes pour la prochaine haute saison. »

Kattikamas Thanyajaroen, directeur exécutif de Than Global Travel, un opérateur de gros qui propose des voyages organisés autour du cannabis, a déclaré que les agences de voyage étrangères ont montré leur intérêt pour les voyages organisés autour du cannabis, mais qu’elles doivent mener des études supplémentaires sur les lois de leurs pays d’origine et clarifier les lois thaïlandaises.

Les touristes des États-Unis et d’Europe ainsi que les expatriés de Pattaya et Phuket prévoient d’inspecter les fermes de cannabis à des fins commerciales, tandis que certains hôpitaux pourraient proposer du cannabis médical comme traitement, a-t-elle dit.

Mme Kattikamas a déclaré que le marché chinois a demandé plus d’informations sur la médecine à base de cannabis en Thaïlande pour traiter la maladie de Parkinson et les problèmes de santé mentale.

Cependant, ce sujet nécessite des discussions approfondies entre les agences de santé publique des deux pays car la plante reste illégale en Chine.

Les voyageurs indiens se sont montrés intéressés par la visite de fermes et par l’essai de produits à base de cannabis approuvés par la Food and Drug Administration thaïlandaise, car le cannabis est utilisé dans ce pays à des fins religieuses depuis longtemps, malgré son statut illégal.

Elle a déclaré que le cannabis pourrait créer des opportunités touristiques si une politique claire était élaborée pour éviter tout retrait futur de l’usage de la plante.


Source : Bangkok Post

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 3.7 / 5. Décompte des votes : 28

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter

Et vous inscrire à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

Avatar photo
LA GAILLARDE 19 juillet 2022 - 8 h 35 min

Il y a gros à parier que les responsables du tourisme en Thaïlande ont largement testé les effets de ce produit, vu les excellentes décisions prises pour encourager la venue des étrangers ces derniers mois.

Réponse
Avatar photo
Zingwa 19 juillet 2022 - 20 h 17 min

C’est clair, c’est ahurissant… Autant avant la prison ferme pour une possession de 2 g était ubuesque, mais là…

Ça ne va pas attirer du beau peuple… et même si fumer en public reste interdit, on va sentir de l’herbe partout, je le vois déjà.

Réponse
Avatar photo
DAVE 20 juillet 2022 - 19 h 36 min

Ceux qui venaient pour se saouler et se droguer n’ont pas attendu la légalisation du cannabis…

En Thaïlande comme ailleurs, le drogué peut trouver tout ce qu’il lui faut pour se plonger dans les paradis artificiels… qu’il paiera très cher ensuite niveau santé notamment.

Réponse
Avatar photo
Seb 20 juillet 2022 - 21 h 27 min

Un commentaire totalement caricatural sur les fumeurs de cannabis, mais passons…
On parle bien de cannabis à 2% de thc, non ?
Donc, finalement, ce n’est que du cbd, pas la peine d’en faire des tonnes avec ça.

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.