Accueil Comment Khao San road à Bangkok est passée d'un marché de riz au quartier de routard le plus célèbre du monde

Comment Khao San road à Bangkok est passée d'un marché de riz au quartier de routard le plus célèbre du monde

par Redaction Thaïlande
Comment Khao San road à Bangkok est passée d'un marché de riz au quartier de routard le plus célèbre du monde

Comment une petite rue de Bangkok est devenue au fil du temps, le quartier routard mythique connu de tous les voyageurs en Thaïlande. 

Un article de Joe Cummings, le créateur du tout premier guide Lonely Planet Thailand, qui a été publié au début des années 80.


Il fut un temps où les habitants de la région vendaient du riz sur la route Khao San de Bangkok. Beaucoup de riz.

Barge après barge ils pagayaient, et plus tard conduisaient, sur le vaste fleuve Chao Phraya et jusqu'à l'embouchure du canal Banglamphu, où ils déposaient des milliers de tonnes dans des sacs de jute chez les grossistes du quartier.

À la fin du XIXe siècle, le district de Banglamphu était de loin le plus grand marché de riz, non seulement de Bangkok, mais aussi de tout le Siam, du plus grand pays producteur de riz au monde.

Voir aussi : Comment la Thaïlande est devenue le premier exportateur mondial de riz avec l'aide de Hong Kong

De plus petits vendeurs ont ouvert des boutiques au sud du canal, où une allée de terre est devenue si encombrée par le commerce du riz que le roi Chulalongkorn a ordonné la construction d'une route en 1892.

D'une longueur de 410 mètres seulement, cette bande pavée n'était pas assez grande pour porter le nom d'un personnage historique thaïlandais ou d'un autre symbole de la nation, contrairement aux autres artères de la ville, si bien qu'elle fut simplement appelée Soi Khao San (allée du riz moulu).

Comme Banglamphu a prospéré grâce aux profits du riz, le quartier s'est développé avec des magasins de vêtements (y compris les premiers uniformes scolaires thaïlandais tout faits).


On pouvait y trouver des chaussures en cuir de buffle, des bijoux, des feuilles d'or et des costumes et insignes pour le théâtre de danse classique thaïlandais.

La demande locale en matière de divertissement a donné naissance à deux maisons de comédie musicale, au premier label national de Thaïlande (Kratai) et à l'un des premiers cinémas de films muets du royaume.

Pourtant, seulement 100 ans plus tard, une invasion de routards internationaux a presque complètement éclipsé la culture du marché local.

Commencé au compte-gouttes à la fin des années 1970, lorsque Bangkok était un terminus pour la piste des hippies asiatiques, l'afflux est devenu un raz-de-marée dans les années 1990.

Les guest-houses prolifèrent

Je pense que personne n'aurait pu prédire l'évolution inexorable de la route et du quartier environnant.

Lorsque je me suis promené pour la première fois sur la route de Khao San lors d'un voyage de recherche pour la première édition du guide Lonely Planet sur la Thaïlande, il y a 40 ans, elle était bordée de maisons de commerce à deux étages de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Au niveau de la rue se trouvaient des rangées de magasins de chaussures, des cafés thaïlandais et chinois, des vendeurs de nouilles, des épiceries et des ateliers de réparation de motos.

Les propriétaires ou les locataires vivaient au-dessus.

Quelques marchands de riz s'accrochaient, mais comme les camions à dix roues avaient pris le relais des barges fluviales, le transport et le commerce du riz s'étaient pour la plupart déplacés ailleurs.

Alors que Yaowarat, le quartier chinois de Bangkok, était le principal centre commercial pour les commerçants et les résidents chinois, et que Phahurat servait la communauté indienne, Banglamphu était clairement un royaume plus thaïlandais.


Au coin des rues Chakkaphong et Phra Sumen, des boutiques d'artisanat fabriquaient encore des costumes et des masques pour les danseurs de théâtre classique thaïlandais.

J'ai passé une longue et chaude journée à prendre des notes sur le Grand Palais, le temple du Bouddha d'émeraude (Wat Phra Kaew), le temple du Bouddha couché (Wat Pho) et la balançoire géante, tous situés dans un rayon d'un kilomètre autour de la route Khao San.

Ce sont sans doute les principales attractions touristiques de la ville, aussi lorsque j'ai remarqué deux hôtels sino-thaïlandais sur Khao San Road, j'ai immédiatement pensé à les recommander dans mon guide comme base pratique pour les voyageurs.

Premiers Lonely Planet sur la Thailande

Les 1ère (1982) et 2ème (1984) éditions du guide Lonely Planet Thailand. Photo : Joe Cummings

Presque identiques dans leurs modestes aménagements, les hôtels Nith Chareon Suk et Sri Phranakhon coûtaient alors 5 dollars par nuit et s'adressaient aux commerçants thaïlandais qui achetaient des marchandises en gros à Banglamphu pour les vendre à l'étranger.

Dans une étroite ruelle voisine, j'ai été encore plus ravie de tomber sur le VS Guest House, récemment ouvert par une famille de Banglamphu qui y accueillait ses clients dans sa maison en bois des années 1920 pour 1,50 $ par personne.

En continuant à explorer les ruelles, j'ai découvert deux autres maisons d'hôtes familiales au prix similaire, Bonny et Tum.

Ces deux hôtels et trois maisons d'hôtes formaient la somme des hébergements de Khao San Road que j'ai répertoriés dans le premier guide "Thaïland : A Travel Survival Kit", publié l'année suivante, en 1982.

Lorsque je suis revenu un an plus tard pour mettre à jour les informations de la deuxième édition, cinq autres guesthouses situées le long ou à proximité de Khao San étaient apparues, et j'ai donc consciencieusement ajouté celles-ci pour l'édition 1984.

À partir de ce moment, chaque fois que je revenais à Banglamphu pour la mise à jour semestrielle du guide, le nombre de places d'hébergement s'était multiplié de façon exponentielle.

En une décennie, les choix se sont multipliés, bloc par bloc, de Khao San Road à d'autres rues et ruelles du quartier, jusqu'à ce que les hôtels et pensions de famille pour routards dépassent largement les 200.

L'effet du film La Plage

Film La Plage

Au milieu des années 1990, le quartier est devenu un phénomène mondial, le plus grand centre de routards parmi les trois K : Katmandou, Khao San et Kuta Beach.

En plus de loger et de nourrir la plus grande population de routards de passage au monde, la route de Khao San est devenue un concurrent mondial pour son marché noir de cassettes, CD et DVD sans licence, de fausses cartes d'identité, de livres contrefaits et de bagages de marque.

Des douzaines d'agences de voyage offrent des tarifs inégalés sur des compagnies aériennes peu connues qui proposent des itinéraires imaginatifs vers pratiquement tous les aéroports du monde.

Alex Garland, un écrivain inconnu à l'époque (aujourd'hui célèbre pour avoir réalisé les films de science-fiction "Ex Machina" et "Annihilation")', a donné un coup de fouet à la réputation de mauvais garçon de Khao San avec son roman culte de 1996, "The Beach".

Basé sur les propres voyages de Garland en Thaïlande, les sept premiers chapitres se déroulent sur la route de Khao San, où Richard, un jeune routard anglais, rencontre un écossais excentrique se faisant appeler Daffy Duck qui lui donne une carte secrète de "la plage".

Le roman décrit une chambre dans une auberge typique de Khao San de l'époque :

"Un des murs était en béton, le côté du bâtiment.

Les autres étaient en formica.

Ils ont bougé quand je les ai touchés.

J'avais le sentiment que si je m'appuyais contre l'un d'eux, il se renverserait et en frapperait peut-être un autre, et tous les murs des chambres voisines s'effondreraient comme des dominos.

Juste avant le plafond, les murs s'arrêtaient, et une bande de moustiquaire métallique recouvrait l'espace".

Voir aussi : Comment une cachette secrète de hippie en Thaïlande s'est transformée en un lieu de retraite de renommée mondiale

Une adaptation cinématographique réalisée par Danny Boyle et mettant en vedette Leonard DiCaprio a fait son apparition dans les cinémas du monde entier en 2000, et a probablement fait connaître Khao San Road à un public plus large que celui du roman ou de mes guides Lonely Planet.

La même année, le producteur italien de musique électronique Spiller a publié une vidéo de son morceau de danse "Groovejet (If This Ain't Love)", tourné à Bangkok avec une scène importante à la fin où Spiller et la chanteuse Sophie Ellis-Baxter dansent dans un club underground de Khao San Road.

Cette année-là, un article du New Yorker décrivait Khao San Road comme "la plaque tournante des voyages pour la moitié du monde, un endroit qui prospère grâce au désir d'être ailleurs", car c'était "l'endroit le plus sûr, le plus facile, le plus occidentalisé pour lancer un voyage en Asie".

La route de Khao San aujourd'hui

Selon l'Association des entreprises de Khao San, en 2018, la route a accueilli le nombre incroyable de 40 000 à 50 000 touristes par jour en haute saison, et 20 000 par jour en basse saison.

Avec de tels chiffres, il n'était pas vraiment surprenant que l'Autorité métropolitaine de Bangkok annonce en 2019 qu'elle investissait 1,3 million d'euros pour transformer la route Khao San en une "rue piétonne internationale" réglementée.

Lancé peut-être en partie pour contrer la réputation quelque peu douteuse de Khao San, le projet s'est terminé fin 2020, avec une route et des sentiers repavés, et des bornes escamotables désignant des espaces pour 250 à 350 vendeurs thaïlandais agréés, sélectionnés par tirage au sort.

Khao San road aujourdhui 1

Khao San road aujourd'hui. Photo : Pacharapapon

Les véhicules seront interdits sur la route de 9 heures à 21 heures tous les jours.

Lorsque la pandémie de coronavirus a obligé la Thaïlande à fermer ses frontières en avril 2020, les arrivées de touristes internationaux sont tombées à zéro presque du jour au lendemain.

La route de Khao San s'est toutefois partiellement remise en état lorsque les voyages intérieurs ont été rouverts en juillet, et au moment où la route rénovée de Khao San a été lancée en novembre 2020, les week-ends ont trouvé la route bondée de jeunes Thaïlandais ainsi que d'un nombre moindre d'expatriés.

Les bars de la rue, qui comptaient généralement 80 % de clients européens, sont aujourd'hui occupés à presque 90 % par des Thaïlandais.

Une série de dix jours de spectacle de lumière appelée "Khao San Cache-cache" a attiré une foule constante en novembre.

Les installations ont été complétées par des performances en direct de près de 20 groupes de musique.

Les studios locaux ont organisé des ateliers axés sur les arts traditionnels de Banglamphu, tels que la broderie de costumes khon (danse dramatique thaïlandaise classique), la préparation de khaotom nam woon (triangles de riz collants cuits à la vapeur dans des feuilles de pandanus parfumées) et l'artisanat thaeng yuak (troncs de bananier frais sculptés dans des motifs complexes, utilisés lors de funérailles, d'ordinations monastiques et d'autres cérémonies bouddhistes).

Le quartier a subi un autre revers lorsqu'une deuxième vague de cas de coronavirus a atteint un pic au début du mois de janvier 2021.

Le gouvernement a rapidement ordonné la fermeture de tous les lieux de divertissement à Bangkok, et une fois de plus, la route Khao San s'est presque entièrement vidée.

Lorsque je suis retourné dans un Khao San désert plus tard dans le mois, j'ai décidé de m'arrêter au VS Guesthouse, la première et la plus ancienne maison d'hôtes encore debout.

Toutes les autres maisons d'hôtes du quartier que j'ai traversées ce jour-là étaient fermées, mais à ma grande surprise, les portes en bois d'époque du VS étaient grandes ouvertes.

J'ai discuté avec les membres de la famille qui possède la maison, maintenant dans leur quatrième génération.

Rintipa Detkajon, l'aînée des deux sœurs qui s'occupent aujourd'hui de la maison, se souvient que son défunt père, Vongsavat, a commencé à accueillir des étrangers vers 1980, leur permettant de dormir sur le sol du salon familial.

"J'avais environ 16 ans lorsque notre premier invité, un Australien, a passé la nuit ici", raconte-t-elle.

"Les étrangers de l'époque voyageaient si tranquillement. Ils s'intéressaient à l'histoire et à la culture, contrairement aux jeunes que nous voyons aujourd'hui, qui semblent plus intéressés par l'ivresse et la fête".

Au fil des ans, la famille a agrandi la maison en bois, atteignant à un moment donné un maximum de 18 pièces.

Ils exploitent aujourd'hui 10 chambres à 10 dollars la nuit.

Le jour de ma visite, une seule chambre était occupée, par un Américain qui séjourne à long terme.

J'ai interrogé Rintipa sur le manque d'activité dû à la pandémie.

"Ce n'est pas seulement nous, c'est le monde entier", a-t-elle répondu.

"Nous sommes tous dans le même bateau.

C'est notre maison, donc nous allons survivre."

Voir aussi :

Les 7 meilleurs guides sur la Thaïlande pour bien préparer son voyage

Les étrangers commenceront à revenir en Thaïlande au second semestre


Source : edition.cnn.com

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.3 / 5. Décompte des votes : 73

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter

Inscrivez-vous à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

DAVE 30 janvier 2021 - 23 h 47 min

“Les étrangers de l’époque voyageaient si tranquillement. Ils s’intéressaient à l’histoire et à la culture, contrairement aux jeunes que nous voyons aujourd’hui, qui semblent plus intéressés par l’ivresse et la fête”.
C’est hélas si vrai….
Aller à l’autre bout du monde pour se saouler et se défoncer semble la raison d’être de beaucoup de ces gens, que je n’ose qualifier de touristes, et encore moins de voyageurs.

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.