Accueil La Thaïlande ne renverra pas la reine de beauté qui a dénoncé les crimes au Myanmar

La Thaïlande ne renverra pas la reine de beauté qui a dénoncé les crimes au Myanmar

par Redaction Thaïlande
4 minutes à lire
La Thaïlande ne renverra pas la reine de beauté qui a dénoncé les crimes au Myanmar

L’ancienne reine de beauté du Myanmar, Thaw Nandar Aung, alias Han Lay, a été soulagée vendredi d’apprendre qu’elle ne serait pas renvoyée au Myanmar.

Dans une interview accordée au journal Bangkok Post, Han Lay, 23 ans, a déclaré qu’elle était détenue à l’aéroport Suvarnabhumi depuis son arrivée mercredi après-midi.

« Aujourd’hui, tout est un peu plus calme parce que le HCR (Haut Commissariat des Nations unies) me protège et que les autorités thaïlandaises à l’aéroport s’occupent également de moi », a-t-elle déclaré.

« Ils ont convenu qu’ils ne me renverraient pas au Myanmar ».

« Avant aujourd’hui, j’avais un peu peur.

C’est parce que je ne veux pas retourner dans mon pays.

Maintenant, tout le monde me soutient.

J’ai aussi le soutien de différents pays.

Et la Thaïlande ne me renverra pas.

J’en suis très reconnaissant.

Alors, merci à la Thaïlande aussi… Je me sens comme chez moi en Thaïlande », a-t-elle déclaré.

Cependant, elle ne sait toujours pas combien de temps elle devra rester à l’aéroport, le HCR en Thaïlande ne l’ayant pas encore informée de la durée de la procédure.

Han Lay était Miss Grand International Myanmar 2020 et s’est rendue à Bangkok l’année dernière pour le concours de Miss Grand International 2020.

Elle est restée en Thaïlande après qu’un mandat d’arrêt ait été émis contre elle dans son pays pour s’être exprimée contre le régime alors qu’elle était sur la scène du concours.

Pendant son séjour en Thaïlande, elle a demandé l’asile au Canada et a prolongé son visa touristique thaïlandais tous les deux mois.

Cependant, une fois qu’elle a atteint la limite autorisée de prolongation, elle s’est envolée pour Da Nang au Vietnam avec Thai VietJet.

Cependant, à son retour, elle s’est vu refuser l’entrée à l’aéroport de Suvarnabhumi.

Selon une source, le passeport de Han Lay pourrait avoir été révoqué par la junte militaire du Myanmar.

« La seule chose que je puisse faire est d’attendre et de voir ce qui va se passer.

Je suis sûr que le HCR s’en occupe parce que maintenant, je ne peux pas entrer en Thaïlande et je ne peux pas en sortir.

Ma situation est assez urgente », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé si elle avait des chances de se voir accorder l’asile au Canada prochainement, elle a répondu qu’elle était incertaine.

« Le HCR ne peut pas garantir quel pays peut rapidement m’accorder l’asile.

Nous attendons de voir quel pays s’avère être la meilleure option », a-t-elle déclaré.

Elle a dit espérer que son cas sera traité comme une urgence et qu’un pays se présentera avec une offre d’asile convenable pour elle.

Vidéo du discours de Han Lay sur la situation au Myanmar

C’est après ce courageux et émouvant discours dénonçant les crimes commis par les militaires au Myanmar que la reine de beauté a dû trouver refuge en Thaïlande.


Source : Bangkok Post

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.6 / 5. Décompte des votes : 30

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

Avatar photo
HANSSON 24 septembre 2022 - 8 h 38 min

L’intervention du HCR et d’autres pays dans le monde, dénonçant la dictature militaire qui dirige le Myanmar, a certainement pesé de tout son poids dans la décision des autorités thaïlandaises de prendre en considération la situation de la mannequin birmane, actuellement bloquée dans la zone de transit de l’aéroport de Subvarnabhumi à Bangkok.

Ce n’est qu’une étape dans le processus de régularisation des documents permettant à cette personne, menacée d’emprisonnement arbitraire dans son pays pour avoir osé dénoncé les agissements et les violations des droits de l’homme et de la dignité humaine perpétrées par les dirigeants militaires de son pays, après une répression sanglante qui a débuté par le renversement du processus démocratique et la prise de pouvoir d’une junte militaire le 1er février 2021, d’éviter le pire des scénarii, à savoir un retour forcé au Myanmar.

Mais la Thaïlande a pris une décision minimaliste en « suspendant » son statut, probablement pour prendre le temps d’examiner les différentes possibilités et les propositions de quelques Etats qui seraient prêts à accueillir la mannequin, car il est probable que la Thaïlande ne fera pas la démarche officielle de l’accueillir à long terme en qualité de « réfugiée politique ».

Cette décision aurait probablement de fâcheuses conséquences sur les relations diplomatiques entre le Myanmar et la Thaïlande, cette dernière s’étant montrée très réservée et s’étant abstenue, à l’époque, de condamner la prise du pouvoir par les militaires birmans, dès lors que son propre gouvernement était et est toujours composé en majorité d’ex-militaires issus de la prise de pouvoir par l’Armée thaïlandaise en 2014, avec la mise en place d’une dictature militaire entre 2014 et 2018 !!!

La Thaïlande est mal placée pour donner des leçons de droits civiques, de respect des droits de l’homme et de démocratie liés au droit de vote universel.

L’essentiel en l’occurrence est que la Thaïlande ai fait un pas important dans la bonne direction en ne renvoyant pas la mannequin dans son pays, ce qui assurément l’aurait conduit à rejoindre des milliers d’autres opposants à la dictature birmane dans les prisons militaires aux conditions de détention en complète opposition avec le respect des droits de l’homme, de la Justice et des droits à la défense, qui ne sont en aucune manière respectés dans ce pays. Restons donc vigilants quant à la suite de cette affaire politico-diplomatique tant que cette personne, qui n’a fait qu’exercer son droit de parole et à la libre expression en dénonçant le régime totalitaire de son pays, n’aura pas retrouvé un statut stable avec un passeport et un visa en bonne et dûe forme, lui permettant d’envisager l’avenir avec sérénité et loin des griffes d’une dictature abjecte.

Réponse
Avatar photo
Rochette Christian 24 septembre 2022 - 10 h 53 min

J’applaudis le courage de miss Myanmar.

Je la soutiens. J’espère que le royaume de Thaïlande lui ouvre ses portes.

Réponse
Avatar photo
Babar 24 septembre 2022 - 15 h 53 min

Lorsque l’ancien président corrompu du Sri-Lanka s’était réfugié en Thaïlande, le gouvernement thaïlandais l’avait accepté pour raison « humanitaire ».

Il était difficile de comprendre pourquoi il ne donnait pas aussi asile à cette Birmane.

Réponse
Avatar photo
Germain 25 septembre 2022 - 14 h 39 min

Il ne faut pas ergoter. Renvoyer cette femme en Birmanie, c’était avoir du sang sur les mains.

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.