Accueil Divers Les grandes alliances de la Thaïlande avec la Chine et les puissances mondiales dominantes

Les grandes alliances de la Thaïlande avec la Chine et les puissances mondiales dominantes

par Redaction Thaïlande
Les grandes alliances de la Thaïlande avec la Chine et les puissances mondiales dominantes

Un livre retrace l'évolution de la Thaïlande à travers les alliances entre les Thaïlandais, les Chinois et les puissances mondiales dominantes.

Depuis le milieu du XIXe siècle, selon Wasana Wongsurawat, l'élite thaïlandaise est restée au pouvoir grâce à une simple formule en deux parties.


Premièrement, cultiver le soutien des principaux hommes d'affaires thaïlandais et chinois pour assurer la base économique.

Deuxièmement, s'aligner sur la puissance mondiale dominante du moment.

Avec cette formule, l'élite a su négocier un siècle et demi de révolte, de révolution, de conflit idéologique, deux guerres mondiales et trois changements d'hégémonie mondiale.

Selon la description répétée de Wasana, l'alliance de la couronne et des capitalistes thaïlandais et chinois a été tout simplement "formidable".

Cette formule explique pourquoi la monarchie a non seulement survécu mais est restée si puissante, et pourquoi les Chinois de Thaïlande se trouvent dans une position exceptionnellement confortable par rapport aux autres communautés de la diaspora.

Wasana enseigne à l'université de Chulalongkorn.

Elle a obtenu un doctorat sur l'histoire chinoise à Oxford avant de se tourner vers l'histoire de la nation thaïlandaise à travers le prisme des Chinois de Thaïlande.


Elle a fait des recherches dans les archives chinoises à Taipei ainsi que dans les sources plus conventionnelles en Thaïlande et en Occident.

Elle affirme que les études antérieures n'ont pas tenu compte du contexte international crucial de l'histoire nationale.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le Siam existait confortablement au sein du système de tribut de la Chine impériale, et la monarchie Chakri supervisait un réseau de monopoles économiques qui se favorisait eux-mêmes ainsi qu'une petite coterie de commerçants et d'agriculteurs fiscaux chinois.

Le premier changement dans l'hégémonie mondiale s'est produit avec la montée de l'Empire britannique, provoquant la première transition.

L'imposition britannique du libre-échange et de l'extraterritorialité a d'abord brisé les monopoles, sapant les intérêts de la Couronne et des capitalistes, mais pas pour longtemps.

L'extraterritorialité, qui a permis aux hommes d'affaires chinois d'éviter la loi siamoise, a créé exactement les conditions de non-droit que le capitalisme primitif aime.

Le libre-échange a apporté suffisamment d'avantages économiques pour que la Grande-Bretagne passe du statut de colonialiste menaçant à celui de patron international.

L'alliance de la couronne et des capitalistes a prospéré à l'époque coloniale.

Il n'y avait que deux problèmes.

Au début du XXe siècle, la communauté chinoise résidente était importante, représentant peut-être un tiers de la population de la capitale.


Le Siam voulait qu'ils soient citoyens et contribuables, mais les nationalistes chinois voulaient qu'ils restent chinois par le sang et l'affection, et voulaient qu'ils financent la modernisation de la Chine.

Le gouvernement siamois n'aimait pas les écoles chinoises qui visaient à préserver la culture et la loyauté des Chinois thaïlandais, et n'aimait pas l'important flux d'envois de fonds vers la patrie.

Dans la pratique, cependant, il ne pouvait pas faire grand-chose à ce sujet.

Le second problème est lié à la complexité de la communauté chinoise.

À une extrémité se trouvaient les hommes d'affaires les plus riches du pays.

De l'autre, il y avait une masse de travailleurs migrants pauvres, vulnérables aux idées révolutionnaires et aux sociétés secrètes.

Dans le vocabulaire de Wasana, ces deux segments étaient les "bons" et les "mauvais" Chinois.

Il fallait cultiver les bons et supprimer les mauvais.

Le roi Rama VI s'est opposé aux Chinois en les qualifiant de "Juifs de l'Est" pour avoir été déloyal avec leurs affections et leur argent.

Wasana insiste sur le fait que ces remarques rappelaient aux "bons" Chinois de rester bons.

Le roi a également écrit avec chaleur sur les Chinois, en particulier sur ceux qui soutenaient ses projets coûteux, et ont agi comme ses taupes au sein de la communauté chinoise.

L'alliance était solide.

La deuxième transition a eu lieu lorsque l'Empire britannique s'est effondré pendant la Seconde Guerre mondiale.

À ce moment-là, l'émergence du Japon en tant que nouvelle puissance asiatique présentait un attrait particulier pour une nouvelle race de nationalistes asiatiques.

C'est à cette époque que la "formidable alliance" entre la couronne et les capitalistes a été sérieusement remise en question.

En 1932, un groupe nationaliste a renversé la monarchie absolutiste du Siam, a abrogé l'extraterritorialité et a commencé à établir un État dans lequel la nation et le territoire étaient congruents.

Ils se sont retournés contre les Chinois, en partie pour les forcer à prendre la nationalité thaïlandaise, en partie pour aider leurs mentors japonais qui étaient en guerre avec la Chine, mais surtout comme stratégie pour faire dégonfler la monarchie en sapant son partenariat stratégique avec les capitalistes chinois.

Ils ont fermé des écoles et des journaux chinois, réservé des emplois aux ressortissants thaïlandais, nationalisé des entreprises et expulsé des Chinois de zones stratégiques.

Mais pas pour longtemps.

La défaite du Japon a mis fin à ce défi.

A partir de 1943, les royalistes commencèrent à manœuvrer pour rétablir l'ancienne alliance.

En 1946, les États-Unis sont devenus le nouvel axe mondial, et les royalistes thaïlandais se sont rapidement alignés en soutenant le programme américain de la guerre froide en Asie.

Les capitalistes chinois se sont facilement alignés en s'appuyant sur les politiques de développement inspirées par les États-Unis.

Les États-Unis ont insisté pour que les militaires soient admis dans l'alliance, ce qui a abouti à une "dictature militaire royaliste".

Les survivants de ceux qui avaient épousé le défi post-1932 ont été emprisonnés, assassinés ou poussés à l'exil.

Les "mauvais" Chinois furent à nouveau diabolisés en tant que communistes.

Encore une fois, cela a été formidable.

Avec la défaite américaine en Indochine en 1975, une autre transition s'est mise en place, et s'est précisée avec la montée spectaculaire de la Chine.

Pour les capitalistes thaïlandais et chinois, cette transition a été facile.

Ils sont rentrés en masse dans leur pays dès que les restrictions ont été levées.

La couronne n'était pas loin derrière.

Comme le souligne astucieusement Wasana, la première escale de Deng Xiaoping lors de sa première tournée à l'étranger en tant que dirigeant de la Chine en 1978 a été à Bangkok, et sa première rencontre a été avec Sa Majesté le Roi Bhumibol.

La princesse Maha Chakri Sirindhorn s'est rendue en Chine deux ans plus tard, et a effectué son 29e voyage pour accepter sa nomination parmi les "meilleurs amis du peuple chinois" en 2009.

Wasana suggère que les historiens de la Thaïlande moderne ont passé trop de temps à examiner la démocratie, les constitutions et les idées libérales, et ont donc manqué l'importance de cette alliance tripartite entre la couronne, les capitalistes et la puissance mondiale.

Dans son index, il n'y a que trois entrées pour la constitution, six pour la démocratie et aucune pour le libéralisme.

Ce livre contient de superbes passages de recherches originales et inhabituelles, notamment dans les archives et les journaux chinois, mais aussi sur les transferts de fonds vers la Chine, l'incident de Yaowarat en 1945 et l'émeute de Plapphlachai en 1974.

Pourtant, le principal attrait est le traitement radical et polémique d'un siècle d'histoire.

À la fin des années 1980, une poignée de jeunes intellectuels thaïlandais et chinois ont protesté contre le fait que les Thaïlandais et les Chinois méritaient une plus grande reconnaissance dans l'histoire de la nation thaïlandaise.

Ici, 30 ans plus tard, ils remplissent le cadre.

La Couronne et les capitalistes

Description du livre :

Malgré la concurrence avec des voisins impérialistes beaucoup plus importants en Asie du Sud-Est, le Royaume de Thaïlande - ou Siam, comme on l'appelait autrefois - a réussi à se transformer en un État-nation moderne rival au cours des deux derniers siècles.

La couronne et les capitalistes


Source : Bangkok Post

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4 / 5. Décompte des votes : 13

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉


Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir nos derniers articles sur votre courriel, suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter.


Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.