Accueil Divers Comment la Thaïlande est devenue le 1er exportateur mondial de riz

Comment la Thaïlande est devenue le 1er exportateur mondial de riz

par Redaction Thaïlande
Le riz au jasmin Hom Mali de Thaïlande est le meilleur riz du monde 2021

La Thaïlande a été le 1er exportateur mondial de riz pendant des décennies, les liens étroits avec les commerçants de Hong Kong ont été déterminants.

Le pays a ensuite perdu sa 1re place en 2012 à cause d'un programme d'aide désastreux du gouvernement de Yingluck Shinawatra.


Comme beaucoup d'hommes d'affaires sino-thaïlandais à succès, Vichai Sriprasert a été initié à l'éthique du travail chinois dès son plus jeune âge.

"Ma grand-mère disait :

Sois honnête, travaille dur et ne dépense rien", raconte Vichai, agé de 75 ans.

Il a grandi avec sa grand-mère à Bangkok, tandis que ses parents travaillaient dans la province d'Ayutthaya, dans le centre de la Thaïlande, où il dirigeait le moulin à riz familial.

Malgré la maxime de sa grand-mère, la famille était disposée à dépenser de l'argent en matière d'éducation et a envoyé Vichai aux États-Unis, où il a étudié l'économie à l'Université du Michigan.

Il est retourné en Thaïlande pour aider le commerce de riz de son père dans les années 1970.

Il a persuadé son père d’exporter du riz étuvé au lieu du riz blanc ordinaire ou du riz au jasmin.


«Ce que j'ai appris à l'école, c'était la différenciation des produits», explique Vichai.

"Vous devez faire quelque chose pour que votre produit ne soit pas identique à vos concurrents."

Le riz étuvé est trempé dans de l'eau chaude, puis cuit à la vapeur pour que les amidons se gélatinisent dans le grain du riz, ce qui lui donne un aspect translucide et une texture dure qui le rend durable.

Vichai a introduit la technologie d'étuvage basée aux États-Unis en Thaïlande et a commencé à exporter du riz étuvé vers de nouveaux marchés.

«Je contrôlais le marché sud-africain pendant des décennies en remplaçant le riz étuvé américain parce que notre riz coûtait environ 100 USD moins chers par tonne», explique Vichai.

"J'ai fait beaucoup d'argent."

La Thaïlande est désormais un important exportateur de riz étuvé, qui représente près du tiers des expéditions annuelles du pays, qui se situent entre 10 et 11 millions de tonnes.

Les marchés d'exportation incluent l'Afrique, l'Europe et le Moyen-Orient.

La Thaïlande premier exportateur mondial de riz

Moines bouddhistes dans une rizière

Moines bouddhistes thaïlandais marchant au milieu d'une rizière

Pendant des décennies, le pays a été le premier exportateur mondial de riz.

Il a remplacé le Myanmar après 1962, année où le général Ne Win a organisé un coup d'État et transformé l'économie birmane, autrefois florissante, en une affaire socialiste, paralysant par la même occasion le secteur des exportations de riz.


Même si le pays est le 3e exportateur de riz au monde en 2020, la Thaïlande enregistre depuis longtemps un excédent de riz d’environ 10 millions de tonnes par an.

Cela est dû notamment aux grands barrages construits dans les années 50 et 60 qui alimentent un système d’irrigation dans les plaines centrales luxuriantes, ainsi qu'au sens des affaires de ses exportateurs de riz.

Bien avant cela, remontant au milieu du 19e siècle, la Thaïlande exportait du riz vers le sud de la Chine.

Le commerce du riz, comme la plupart des activités lucratives, était un monopole royal jusqu'au règne éclairé du roi Mongkut (1851-1868).

Le roi Mongkut, un érudit, libéralisa le commerce du riz au début de son règne puis ouvrit le royaume au commerce international avec le traité de Bowring en 1855.

Le riz a donné naissance à de nombreuses fortunes sino-thaïlandaises, telles que celles des clans d’affaires Wang Lee (banque), Bulakul (propriété), Trivisvavet (construction) et Assakul (verrerie), toutes ayant débuté dans la rizerie.

«Le premier marchand de riz Wang Lee était basé à Swatow (le shantou actuel)», a déclaré Sanan Wanglee, directeur général de Lhong 1919, un ancien dépôt de ports et d'entrepôts sur la rivière Chao Phraya, à Bangkok, qui a récemment été transformé en attraction touristique.

"Il a commencé à échanger du riz de Hong Kong contre du sucre de Swatow et, après être devenu armateur, il a commencé à échanger du riz de plus loin, de Thaïlande."

Les Wang Lees ont émigré en Thaïlande dans les années 1850 pour finalement devenir un acteur important dans le commerce du riz.

«Les soldats chinois venaient ici avec du thé, de la soie et de la céramique et repartaient avec du riz», dit Sanan.

La famille Wang Lee s'est ensuite diversifiée dans la finance, d'abord pour gérer les envois de fonds des travailleurs chinois en Thaïlande, puis pour créer la Wang Lee Bank, renommée plus tard Nakornthon Bank.

Wanglee exporte toujours du riz et est l'un des membres les plus anciens de l'Association thaïlandaise des exportateurs de riz (TREA), un club largement sino-thaïlandais, dont les membres sont responsables d'environ 90 % des exportations de riz de la Thaïlande.

Lorsque la Thaïlande a commencé à développer ses exportations de riz dans les années 60, son premier grand marché d'exportation était Hong Kong, où le commerce était facilité par la langue.

De nombreux importateurs de riz de Hong Kong sont Teochew, le groupe dialectal chinois dominant en Thaïlande (les locuteurs de Teochew ou de Chiu Chow proviennent de la province du Fujian ou de la partie orientale de la province du Guangdong, dans le sud de la Chine).

Vichai, président-directeur général de Riceland International, appartient à la quatrième génération de Chinois Teochew.

«La plupart des importateurs de riz à Hong Kong restent dans le district de Sheung Wan sur l’île de Hong Kong», a déclaré Charoen Laothamatas, président de la TREA.

"Ils ont une association d'importateurs de riz là-bas et je dirais que la moitié d'entre eux sont Teochew."

La rizerie Bangsue Chia Meng, par exemple, exporte du riz parfumé au jasmin à Hong Kong depuis 60 ans sous sa marque Golden Phoenix.

«Hong Kong a été notre premier marché d'exportation», a déclaré le directeur général de la société, Vallop Manathanya.

«Nous avons deux clients importants à Hong Kong et mon oncle peut parler le Teochew avec eux pour qu'ils puissent communiquer.»

Bangsue Chia Meng est maintenant un important exportateur de riz au jasmin dans le monde entier.

«Le marché de Hong Kong était bon pour notre réputation», a déclaré Vallop.

"Nos clients sont des Chinois qui ont émigré à travers le monde et quand ils veulent du bon riz en provenance de Thaïlande, ils demandent à leurs relations à Hong Kong."

Comment la Thaïlande a perdu sa 1re place

Grâce à ses bonnes relations à Hong Kong, la société Vallop a pu survivre à l'effondrement du secteur thaïlandais des exportations de riz dans le cadre du «programme populiste d'achat de riz» du gouvernement thaïlandais de 2011 à 2014.

Ce programme était dirigé par Yingluck Shinawatra, sœur de Thaksin Shinawatra.

Thaksin est un magnat des affaires devenu politicien qui vit maintenant en exil, tout comme sa sœur Yingluck.

En septembre 2017, Yingluck a été condamné par contumace à cinq ans de prison pour négligence dans le cadre du programme d'achat de riz qui promettait aux agriculteurs thaïlandais d'acheter «chaque grain de riz» à des prix supérieurs de 40 à 50 % aux taux du marché.

La politique a coûté au pays environ 600 milliards de bahts (15 milliards d'euros) et était l’une des justifications invoquées par les militaires pour leur coup d’Etat de 2014, qui a mis fin au gouvernement civil du pays.

Cette politique a également entraîné la chute de la Thaïlande, qui occupait depuis longtemps le rang de premier exportateur mondial de riz et qui a été remplacée par l'Inde en 2012.

Les exportateurs thaïlandais de riz n'ont pas pu se faire concurrence sur le marché mondial.

Les exportations ont chuté à environ 7 millions de tonnes en 2012 et ne sont revenues qu'au niveau précédent de 10 à 11 millions de tonnes en 2014.

Au cours des années Yingluck, la part de la Thaïlande sur le marché du riz de Hong Kong est tombée de 90 % à 45 %.

Depuis, c'est remonté, mais ce ne sera plus jamais pareil.

«Avant (la politique de Yingluck Shinawatra), le marché haut de gamme de Hong Kong n’avait jamais pris la peine d’acheter du riz au jasmin chez des pays voisins comme le Vietnam et le Cambodge, car ils n’avaient pas confiance en la qualité», déclare Chookiat Ophaswongse, président honoraire du TREA.

"Mais ils ont été obligés d'acheter au cours de l'opération, car notre prix était trop élevé."

Le Vietnam contrôlait 20 à 25 % du marché du riz au jasmin à Hong Kong en 2018, et le Cambodge est aussi à la hausse.

Il va sans dire que le TREA n'était pas partisan du programme de prix garanti pour le riz, ni d'aucunes des autres politiques populistes impliquant la culture du riz, qui emploie encore environ sept millions de Thaïlandais, un bloc d’électeur important.

«Les politiciens aiment dépenser de l'argent pour augmenter le prix du riz, mais pas du côté de la production», a déclaré Chookiat.

«En tant qu'association du secteur privé, nous nous sommes impliqués beaucoup plus dans l'agriculture que par le passé.

Nous ne pouvons pas compter sur le gouvernement, alors nous essayons de nous aider nous-mêmes. »

Sous l’égide de Charoen, la TREA a distribué en 2018 des semences de riz à variétés tendres, populaires à Hong Kong et en Chine, aux agriculteurs thaïlandais des plaines centrales dans le but de diversifier la production de riz thaïlandais.

Ils paient les agriculteurs au-dessus du prix du marché pour les nouvelles variétés.

La société Vallop a fait quelque chose de similaire avec les producteurs de riz au jasmin du nord-est de la Thaïlande en 2014, en leur offrant des semences de meilleure qualité et en introduisant une nouvelle méthode d'ensemencement plus économique.

Ses agriculteurs ont pu augmenter leurs revenus de 40 %, ce qui a aidé Bangsue Chia Meng à recruter près de 2 100 familles paysannes dans le programme en 2018, contre 53 en 2014.

Alors que les exportations de riz thaïlandais sont confrontées à la concurrence croissante de leurs voisins - l'Inde, le Cambodge, le Myanmar et le Vietnam -, le réchauffement de la planète, la dégradation des sols ou l'utilisation de méthodes de culture modernes semblent constituer un défi supplémentaire.

Voir aussi :

Comment Khao San road à Bangkok est passée d'un marché de riz au quartier de routard le plus célèbre du monde

Les grandes alliances de la Thaïlande avec la Chine et les puissances mondiales dominantes

Comment une cachette secrète de hippie en Thaïlande s'est transformée en un lieu de retraite de renommée mondiale


Source : South China Morning Post, un article de 2018 mis à jour le 5 septembre 2021

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.4 / 5. Décompte des votes : 25

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉


Suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter.


Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Thierry Macé 5 septembre 2021 - 13 h 44 min

Bonjour !
À propos du “riz au jasmin” : le riz thaïlandais n’est pas parfumé au jasmin ! (Mali rice) Le riz thaïlandais sent naturellement le jasmin sans qu’il ne soit nécessaire d’apporter un quelconque parfum.

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.