Accueil La Thaïlande approuve un projet de loi sur l’avortement permettant l’interruption de grossesse jusqu’à 12 semaines

La Thaïlande approuve un projet de loi sur l’avortement permettant l’interruption de grossesse jusqu’à 12 semaines

par Redaction Thaïlande
La Thaïlande approuve un projet de loi sur l'avortement permettant l'interruption de grossesse jusqu'à 12 semaines

Le gouvernement thaïlandais a approuvé des amendements à la loi sur l’avortement, afin de permettre à une femme qui est enceinte de 12 semaines au maximum de se faire avorter.

Le projet de loi visant à modifier les articles 301 et 305 du code pénal correspond à une décision de la Cour constitutionnelle, le 3 mars de cette année, qui a jugé que les deux articles interdisant l’avortement constituent une restriction inutile des droits et libertés des femmes.

Mme Ratchada Thanadirek, porte-parole adjointe du gouvernement, a expliqué que les 12 semaines doivent être déterminées par des professionnels de la santé, selon les directives établies par le Conseil médical, et sont considérées comme une période sûre pour avorter.

Selon l’amendement à l’article 301, la peine pour les femmes qui avortent après 12 semaines de grossesse a été réduite de trois ans à six mois, et l’amende a été réduite de 60.000 bahts à 10.000 bahts.

L’amendement à l’article 305 permet aux femmes enceintes de se faire avorter si cela est nécessaire pour réduire le risque pour la santé mentale ou physique, ou si cela est nécessaire pour protéger les femmes contre de graves conséquences mentales ou physiques si une naissance est autorisée.

En vertu de la loi actuelle sur l’avortement, l’avortement est illégal, mais il existe des exceptions, par exemple dans le cas d’une femme qui a été agressée sexuellement, ou d’une femme qui a besoin d’un avortement parce que sa vie serait en grave danger si un avortement n’est pas entrepris.

Mme Ratchada a déclaré que le projet d’amendement devrait devenir exécutoire le 12 février prochain, conformément à la décision de la Cour constitutionnelle.

Si le projet de loi n’est pas applicable d’ici là, elle a déclaré que l’article 301 ne peut être appliqué pour aucun cas d’avortement parce qu’il serait inconstitutionnel.

Voir aussi :

La loi thaïlandaise sur l’avortement doit être modifiée


Source : thaipbsworld.com

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des votes : 6

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter

Et vous inscrire à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Avatar photo
HANSSON 19 novembre 2020 - 11 h 47 min

Enfin une bonne nouvelle pour les nombreuses jeunes femmes thaïlandaises (parfois jeunes filles mineures) qui se retrouvent enceintes par « accident », souvent par ignorance de leur corps ( à quand une éducation sexuelle dans les écoles à partir de 13/14 ans ? ) et pour toute femme qui sont victimes d’une grossesse non-désirée.
N’en déplaisent à toutes les personnes qui estiment que la vie est sacrée dès sa conception ( ce qui est leur droit de pensée le plus strict) et qui placent la jeune femme enceinte d’une grossesse non-désirée, non pas comme une victime, mais comme une coupable, y compris coupable de s’être faite violée !!! Il ne faudrait pas perdre de vue aussi la nécessité d’appliquer les lois existantes ou de les modifier afin d’avoir les outils répressifs civils et judiciaires nécessaires et suffisamment dissuasifs, face aux actes violents subis par les femmes, que ces actes soient à caractère sexuel ou autre ….

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.