Accueil Pratique La santé en Thaïlande, les conseils pour voyager en sécurité

La santé en Thaïlande, les conseils pour voyager en sécurité

par Redaction Thaïlande
Santé en Thaïlande

Les principales choses à savoir sur la santé en Thaïlande, avant un voyage ou une expatriation.

Cette page est un mélange de conseils personnel (texte coloré) et de recommandations du ministère des affaires étrangères français, de ce qu'il faut savoir avant un voyage en Thaïlande.


Avant le départ

Il est conseillé de consulter votre médecin et dentiste pour faire un petit check-up, et de prendre une assurance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire.

L'assurance est vraiment conseillée, chaque année de nombreux touristes se retrouvent à l'hôpital, souvent à cause d'un accident de la route, et ne peuvent pas faire face aux frais.

Le gouvernement thaïlandais réfléchi actuellement à un système d'assurance obligatoire.

Voir notre article :
Assurance voyage : pourquoi la carte bancaire ne suffit pas

Entrer en Thaïlande avec des médicaments

L’attention des voyageurs est appelée sur la réglementation thaïlandaise qui soumet l’importation de médicaments à des règles de déclaration, voire d’autorisation préalable.

Ainsi, les personnes qui justifient d’un traitement médical en cours doivent s’assurer auprès de l’ambassade de Thaïlande que les médicaments emportés sont autorisés.

Des règles, en effet, s’appliquent selon la nature des médicaments et la quantité admissible.


Pour certains médicaments, et pour une prescription de courte durée, l’ambassade de Thaïlande recommandera de justifier d’une prescription rédigée en anglais et de déclarer spontanément les produits lors du passage en douane.

Pour d’autres, l’importation peut être interdite ou limitée.

Les manquements aux règles pourraient conduire à différentes mesures allant de la simple confiscation des médicaments jusqu’à, dans certains cas, des peines d’emprisonnement.

Il est donc vivement conseillé, avant d’engager un voyage sous traitement médical, de se renseigner auprès de l’ambassade de Thaïlande à Paris.

Le système de santé thaïlandais

Le système de santé thaïlandais est de bonne qualité, vous trouverez des médecins qui parlent l'anglais dans la plupart des hôpitaux.

Vous trouverez aussi un grand nombre de pharmacies et pratiquement les mêmes médicaments (même qualité) que dans les pays occidentaux.

Si vous êtes en mode petit budget, allez dans les hôpitaux publics plutôt que privés.

Les tarifs dans la chaîne des hôpitaux privés "Bangkok Hospital", par exemple, peuvent être jusqu'à 10 fois supérieures (voir même beaucoup plus) à une consultation normale.

Il ne faut aller dans ces hôpitaux privés que si vous avez une bonne assurance et se méfier de la prescription de médicament à acheter dans leur pharmacie.

Leur but, c'est de faire un maximum de profil, et donc de vous vendre le maximum de médicament, même inutile, voir dangereux (j'en dis plus dans les commentaires sous l'article).


Santé en Thaïlande : les vaccinations

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est conseillée.

Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

Autres vaccinations : en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La rage est endémique dans toute l’Asie du Sud-est. La plus grande prudence vis-à-vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire, villes incluses.

La prévention repose, d’abord et avant tout sur l’absence de contact avec des animaux suspects, ensuite sur la vaccination préventive en cas de risque supposé d’exposition (professions à risques, enfants en bas âge, séjour en milieu rural ou éloigné des villes principales).

Des cas de rage ont été rapportés en juin 2010 notamment à Bangkok et dans la province de Kanchanaburi.

Dans tous les cas, demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Hygiène alimentaire, hygiène de l’eau

Si vous avez des palpitations ou que vous vous sentez particulièrement nerveux après un bon repas thaïlandais, cela peut être dû au glutamate ou MSG.

Certains restaurants en abusent pour améliorer le goût de leur cuisine et certaines personnes y sont très sensibles.

Vous pouvez demander à ne pas avoir de MSG dans votre nourriture avec cette phrase :
Maille tong saille pong chulotte na (ne mettez pas de MSG), avec krap (si vous êtes un homme) ou khaa (si vous êtes une femme) à la fin de la phrase par politesse.

Voir :
Langue thaï, le vocabulaire minimum à connaître lors du premier voyage

Mais il faut savoir que même s'ils n'en rajoutent pas, il y a souvent aussi du MSG dans les sauces et les bouillons de cube utilisés pour préparer les plats.

le seul moyen d'éviter le MSG c'est d'aller dans des restaurants qui affichent "MSG free", les restaurants végétariens (raan ahan djé) ou les restaurants musulmans.

Il est recommandé de se laver fréquemment les mains, de ne boire que de l’eau conditionnée en bouteilles capsulées, de ne manger dans la rue que les plats suffisamment cuits.

La plus grande prudence est à observer avec la consommation de produits locaux sur les marchés.

Éviter la consommation de poisson de viande et de volailles crus.

Note : quand les thaïlandais mangent de la viande ou du poisson cru, c'est mélangé avec beaucoup d'épices et de piments qui normalement tuent les microbes, je n'ai jamais été malade en Thaïlande, et j'ai mangé des crapauds, des insectes, des trucs innommables crus et sanguinolents.

Par contre au Cambodge il faut faire attention, car il n'y a pas d'hygiène comme en Thaïlande !

De nombreux touristes ont des problèmes gastriques qui viennent en fait des médicaments anti-paludéens.

Penser à adapter votre consommation d’eau à la chaleur et aux activités pratiquées.

L’alimentation est variée, les conditions d’hygiène des restaurants sont globalement satisfaisantes bien qu’il n’existe pas de contrôle sanitaire systématique.

Depuis le début 2011, le nombre de touristes admis en service de soins intensifs pour intoxication alimentaire est en recrudescence.

L’alimentation spécifique des nourrissons se trouve facilement dans les villes.

Santé en Thaïlande : le syndrome Pied-Main-Bouche

syndrome Pied-Main-BoucheDes cas de « syndrome pied-main-bouche » sont régulièrement signalés dans les pays de la région de l’Asie du Sud-est.

Depuis 2013, plusieurs milliers de cas ont été constatés en Thaïlande, mais aucun cas de décès n’a été notifié à ce jour.

Cette maladie est généralement associée à différents virus (Coxsackie et entérovirus), la souche d’Entérovirus EV 71 ayant été identifiée comme responsable de l’épidémie en 2012, et qualifiée de particulièrement agressive.

La maladie atteint essentiellement les enfants âgés de 3 mois à 11 ans et se manifeste par de la fièvre, de petites vésicules dans la bouche, la paume des mains et les doigts, la plante des pieds et sur les fesses.

Il n’y a pas à ce jour de vaccin contre ce type de virus. De bonnes pratiques d’hygiène peuvent réduire au minimum ce risque.

Il est vivement conseillé de consulter un médecin immédiatement en cas d’apparition de l’un des symptômes suivants : déshydratation (sécheresse de la bouche, une perte de poids…), raideur du cou, convulsions, maux de tête persistants et difficultés respiratoires.

Choléra

Plusieurs cas de choléra ont été enregistrés depuis le début de l’année 2010.

Il est recommandé de veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson, d’éviter la consommation de crudités, de coquillages et de tout fruit ou légume non pelés ou non lavés.

Il est également conseillé de préférer l’eau en bouteille plutôt que l’eau du robinet et de se laver régulièrement les mains.

Santé en Thaïlande : les maladies à transmission vectorielle

Paludisme (malaria)

Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques qui impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…)

À ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs.

Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Les frontières avec le Cambodge, le Laos, le Myanmar et la Malaisie sont classées en zone 3. Dans le reste du pays : pas de chimioprophylaxie.

Voir aussi : Paludisme en Thaïlande, faut-il prendre un traitement antipaludéen ?

Et mon conseil plutôt que de prendre des traitements chimiques aux très nombreux effets secondaires :

L'Artemisia Annua, un traitement antipaludéen naturel

Remèdes anti-moustique naturel : 8 méthodes pour se protéger

Dengue

La dengue est une maladie endémique en Thaïlande. Une épidémie de dengue sévit actuellement dans tout le pays, plus particulièrement dans le nord et le centre.

La maladie est propagée par un moustique, actif de jour, il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques).

La dengue pouvant prendre une forme potentiellement ggrave, ilest vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre (la prise d’aspirine est ddéconseillée..

Les feuilles et les graines de papayes sont utilisées dans certains pays et avec succès pour lutter contre la fièvre de la dengue voir :
Le Papayer et son fruit la papaye, utilisation et propriété médicinale
La dengue peut se soigner avec du jus de feuille de papaye

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Des cas humains ont été recensés dans les provinces du Nord du Vietnam.

Ces cas peuvent être mortels ou engendrer des séquelles neurologiques graves.

De ce fait, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire (à pratiquer dans un centre médical sur place).

Dans le cadre d’un voyage touristique, il semble que les mesures physiques (vêtements longs, répulsifs…) soient une arme efficace.

Les Rickettsioses

Maladies infectieuses bactériennes, potentiellement mortelles, transmises par les tiques, les puces, les poux ou acariens.

Elle peut évoquer devant un syndrome infectieux associé à des manifestations cutanées. Le traitement repose sur la prise d’antibiotique. La prévention repose sur le port de vêtements longs et de répulsifs.

L’examen de la peau après passage dans une zone potentiellement infestée (brousse, champ forêt) est conseillé.

Santé en Thaïlande : les grippes

On relève une recrudescence des cas d’infection par les virus grippaux dans leur ensemble.

Note personnelle : il y a une plante médicinale très efficace contre les différentes formes de grippe, c'est l'andrographis paniculata, en thaïlandais : Fa Thalai Chon (ฟ้าทะลายโจร), vous pouvez en trouver facilement en capsules dans les pharmacies.

GRIPPE A H1N1

De nombreux cas de grippe A (type H1N1) sont rapportés en Thaïlande. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet de l’ambassade de France en Thaïlande www.ambafrance-th.org, ou en appelant le centre d’appel thaïlandais au 02 590 1781.

GRIPPE AVIAIRE

La grippe aviaire est présente de façon diffuse en Thaïlande depuis la fin de l’année 2003, avec des périodes d’apparente accalmie et de reprise.

Il s’agit d’une maladie virale animale (volailles) exceptionnellement transmissible à l’homme. Veillez à éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs.

Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec un soluté hydro-alcoolique. En cas de fièvre sur place ou après le retour en France, il est conseillé de consulter un médecin.

Santé en Thaïlande : infection par le virus HIV (SIDA)

Le SIDA est loin d'être éradiqué et donc il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Les autres maladies sexuellement transmissibles (MST)

Je rajoute cette partie, car on ne peut pas parler de la santé en Thaïlande sans penser aux MST (maladies sexuellement transmissibles).

Et comme une image vaut mille mots voici la photo d'une affiche trouvée dans un hôtel à Savannakhet au Laos :

Santé en Thaïlande ; les MSTD'après un journal laotien, les MST sont en augmentation dans le pays et il faut savoir que de nombreuses Laotiennes viennent travailler en Thaïlande, dans différents secteurs dont l'industrie du sexe.

Les animaux dangereux

Outre le moustique qui donne les maladies citées plus haut, il existe d'autres dangers, comme les piqûres de serpent, de méduses, de scolopendre ou de scorpion.

Pour plus d'information à ce propos et pour connaître les méthodes pour se soigner, vous pouvez consulter notre article :
Les animaux dangereux à connaître en Thaïlande

Source : http://www.diplomatie.gouv.fr

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Note moyenne 4.5 / 5. Décompte des votes : 43

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter ce billet.

Comme vous avez trouvé ce post utile....

Partagez le sur les médias sociaux ! 😉

Nous sommes désolés que ce billet ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?


Suivez-nous sur Facebook ou sur Twitter

Inscrivez-vous à notre Newletter


Vous pourriez aussi aimer

3 commentaires

Toutelathailande logo 120x120
Pierreto 5 juillet 2017 - 8 h 22 min

Le «koi pla», un plat traditionnel à base de poisson cru serait à l’origine de cancers en Thaïlande.

Si vous êtes dans le nord-est du pays, il est conseillé d’éviter cette recette qui serait à l’origine de cancer du foie.
Voir l’article sur le forum Actualité

Réponse
Toutelathailande logo 120x120
Pierreto 4 novembre 2017 - 18 h 51 min

A propos de la chaine “Bangkok hospital

Il y a plusieurs années de cela, je devais me faire dévitaliser une dent et un anglais m’avait conseillé le dentiste du Bangkok Hospital de Chantaburi.

Je m’était retrouvé avec un dentiste avec une assistante magnifique mais qui ne connaissait rien à son rôle, elle me mettait l’aspire salive au niveau qui provoque une envie de vomir et impossible de lui faire comprendre d’arrêter.

En fait, elle était sans expérience et surement la maitresse du dentiste (kik)…

Je n’ai fais en fait qu’une seule séance (le trou dans la dent), car j’ai appris ensuite que cette séance m’avait couté le même prix que coûte une dévitalisation entière chez un dentiste normal et j’ai dû aussi payer 1000 baht de médicaments, je suis ressorti avec un sac plein de boites.

Au moment de payer, la femme qui devait servir d’interprète mais qui n’a servie à rien, comme je me suis exprimé en thaï avec les secrétaires, et que le dentiste parlait aussi l’anglais, a corrigé sèchement la secrétaire en lui rappelant de me faire le prix farang.

En effet dans les Bangkok hospital il y a un prix pour les étranger et un prix pour les thaï, d’ailleurs d’autres chaines d’hôpitaux font de même et d’autres signalent sur leur panneau qu’ils ne pratiquent pas de double tarification.

J’ai commencé au début à prendre bêtement les médicaments qui m’ont transformé en zombie, avant de faire une recherche sur le net.

Et ils m’avaient donné vraiment pleins d’antidouleurs différents aux effets similaires, d’autres qui n’avaient rien à voir avec une opération dentaires et même des anti-dépresseurs !

Ensuite j’ai eu un problème qui m’a obligé à déménager et comme je devais avoir l’esprit clair, j’ai arrêté d’en prendre et je n’ai eu aucune douleur.

Après cette aventure j’avais téléphoné pour demander combien allait me coûter les autres séances, et comme je n’avais pas d’assurance à cette époque, et que j’étais refroidi par le coup des médicaments inutiles, j’ai annulé.

Et par la suite, j’ai rencontré d’autres étranger qui avaient eu ce genre d’expérience avec cette chaine d’hôpitaux des tas de médicaments inutiles, juste pour faire grimper la note et c’est pourquoi je vous déconseille d’y aller.

Réponse
PierreTo 20 janvier 2018 - 8 h 17 min

Précision sur les médicaments :

SANTE – Selon la loi sur les stupéfiants (B.E. 2522-1979), modifiée par la loi sur les stupéfiants (B.E. 2545-2002) et la nouvelle réglementation en vigueur depuis le 29 septembre 2009, les personnes en cours de traitement médical peuvent, transporter des médicaments contenant des produits stupéfiants à condition de ne pas dépasser 30 jours d’utilisation …

dans son emballage d’origine.

Vous pouvez vous renseigner plus en détail en consultant le site de la Food and Drug Administration of Thailand :

http://permitfortraveler.fda.moph.go.th/

Si votre médicament figure dans la catégorie 1, vous ne pouvez pas l’emporter.

Il n’y a pas d’exemption.

Si votre médicament figure dans la catégorie 2, vous devez demander une autorisation pour l’emporter en Thaïlande, au moins 14 jours avant votre arrivée.

Ce délai est incompressible. Lorsque vous arrivez en Thaïlande, vous devez déclarer votre médicament à la sortie rouge des douanes.

Vous ne pouvez voyager qu’avec des médicaments de catégorie 2, 3 et 4.

Vous devez être muni d’un certificat ou une ordonnance médicale du médecin prescripteur indiquant: – le nom et l’adresse du patient – la nature de la pathologie – le nom des médicaments et la raison pour laquelle ils ont été prescrits – la posologie et la quantité totale de médicaments prescrits – le nom, l’adresse et le numéro de permis du médecin prescripteur

Narcotics Control Division, Food and Drug AdministrationMinistry of Public Health Address: Narcotics Control Division, Food and Drug Administration Ministry of Public Health, Nonthaburi 11000, THAILAND Tel : +66 2590 7346, Fax : +66 2591 8471

Email : [email protected]

Source : Quotidien de Thaïlande

Réponse

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.